Les acteurs trans et non-binaires veulent être mieux reconnus lors des cérémonies

Sadaf Ahsan, La Presse Canadienne
Les acteurs trans et non-binaires veulent être mieux reconnus lors des cérémonies

TORONTO — La pression en faveur d’une plus grande reconnaissance des talents trans et non-binaires à l’écran a amené plusieurs cérémonies de remise de prix à s’interroger sur la manière de reconnaître les talents queers, avec des résultats mitigés.

Le vote a commencé la semaine dernière pour les Emmy Awards, qui ont vu l’année dernière la première interprète ouvertement transgenre nominée pour le rôle principal – Mj Rodriguez, pour son rôle dans la série dramatique «Pose». Elle est également la troisième interprète transgenre à être nominée pour un Emmy, après Laverne Cox et Rain Valdez.

Au Canada, la section torontoise du syndicat des acteurs a renommé certains de ses prix pour qu’ils soient plus inclusifs, mais des critiques ont affirmé que les catégories étaient encore principalement définies par des termes binaires.

Dans une industrie qui commence enfin à s’ouvrir aux artistes sous-représentés, les défis se poursuivent dans les productions grand public, ainsi que pour les remises de prix qui les honorent, a déclaré l’actrice Tricia Black, née au Nouveau-Brunswick, connue pour la comédie de CBC «Pretty Hard Cases». 

«Nous sommes à un moment où tant de gens peuvent enfin être qui ils sont vraiment et s’exprimer de tant de façons différentes», déclare Tracia Black, qui utilise le pronom iel. 

«Cela signifie que nous devons être plus attentifs les uns envers les autres lorsqu’il s’agit de la façon dont nous sommes vus. Mais dans le monde du jeu, c’est difficile, et cela vous amène souvent à vous demander : ‘où est-ce que je me situe’?»

Les Emmy Awards de l’année dernière ont été les premiers à permettre aux acteurs de demander à être reconnus avec le titre non sexiste «d’interprète» sur leur certificat de nomination et leur trophée. L’année dernière également, les Gotham Awards ont éliminé les catégories du meilleur acteur et de la meilleure actrice, les remplaçant par des catégories principales et secondaires.

Plus tôt cette année dans l’industrie de la musique, les BRIT Awards du Royaume-Uni ont également opté pour des catégories plus inclusives, tandis que les Grammys ont supprimé toutes les catégories sexuées en 2012.

Au Canada, l’Alliance of Canadian Cinema, Television and Radio Artists (ACTRA) de Toronto, la plus grande branche du syndicat canadien des artistes interprètes, permet aux membres de soumettre des candidatures en fonction du sexe du personnage représenté ou de la façon dont un artiste s’identifie personnellement. Ils incluent «performance exceptionnelle – non binaire ou féminin» et «performance exceptionnelle – non binaire ou masculin». L’ACTRA a déclaré que les changements de catégorie avaient été effectués en consultation avec le comité queer outACTRAto.

Cependant, la vedette de la série télévisée «Sort Of», Amanda Cordner, qui a été nominée pour avoir incarné le personnage non binaire 7ven, a déclaré que les catégories restaient essentiellement binaires malgré le changement de titre.

Avoir une catégorie dédiée au «meilleur interprète» aurait eu plus de sens, a suggéré Amanda Cordner dans une entrevue après l’annonce des nominations en janvier.

«C’est toujours un homme contre une femme, c’est toujours conforme, a dit Amanda Cordner à l’époque. Je suppose que c’est un pas dans la bonne direction, mais je ne sais pas si nous y sommes encore.»

Jo Vannicola, l’acteur et écrivain né à Montréal et lauréat d’un Emmy qui s’identifie comme non-binaire, fait partie du comité LGBTQ+ de l’ACTRA Toronto et qualifie la décision de l’ACTRA de «début».

Jo Vannicola qui est à la tête d’outACTRAto espère que l’ACTRA ouvrira davantage de catégories l’année prochaine. 

Aux Canadian Screen Awards de cette année, la co-vedette non-binaire Amanda Cordner et Bilal Baig, co-créateur de «Sort Of», ont choisi de ne pas soumettre leur performance aux prix en raison des catégories d’acteurs binaires «décevantes», a confirmé la productrice exécutive Jennifer Kawaja dans un courriel à la Presse canadienne.

Beth Janson, PDG de l’Académie canadienne à l’époque, a déclaré que «c’est une chose sur laquelle nous voulons travailler».

Jo Vannicola estime que les gens au sommet doivent être mieux informés sur la façon de mieux représenter plus de gens. 

Jo Vannicola travaille dans l’industrie depuis l’âge de huit ans et dit que sa carrière dans la vingtaine a été marquée par «un courant sous-jacent de misogynie ou d’homophobie et, à ce stade, je dirais aussi transphobie.»

La clé d’une plus grande reconnaissance, dit Tricia Black, réside dans le changement dans tous les domaines de l’industrie – de l’écriture au décor en passant par les acteurs et l’équipe. Elle dit que jouer un personnage étrange qui évite les stéréotypes sur «Pretty Hard Cases» a créé un lien avec les téléspectateurs. La meilleure solution, selon Joe Vannicola et Tricia Black, est de créer leur propre espace.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires