Un plan écrit… à la «mine»

Par ghyslainchauvette
Un plan écrit… à la «mine»
*

VICTORIVILLE. Saison morte, Bruce Richardson ne connaît pas. L’entraîneur n’a pas chômé depuis qu’il a été embauché par les Tigres de Victoriaville pour succéder à Yanick Jean derrière le banc.

Il a fait ses devoirs au cours des dernières semaines afin d’emmagasiner une foule d’informations sur chacun de ses nouveaux protégés. Il a déjà une bonne idée du portrait que son équipe présentera à l’ouverture de la prochaine saison.

En même temps, il espère que des joueurs seront en mesure de brouiller les cartes, de lui forcer la main. Ça a lui-même été sa marque de commerce durant sa carrière de joueur.

Pour cette raison, il se plaît à dire, comme entraîneur, qu’il a un plan en tête, mais que celui-ci est écrit à la «mine». «Il y a donc lieu d’effacer certains passages. Ce que je ne pourrais faire s’il était écrit à l’encre. C’est toujours plaisant quand des joueurs chamboulent les plans», a-t-il laissé entendre.

Il respecte évidemment le statut des vétérans, reconnaissant qu’ils «ont déjà sué pour l’organisation.» Il tient par contre à préciser qu’aucun patineur ne doit rien tenir pour acquis ce qui est, en fait, un euphémisme au hockey.

Les joueurs qui afficheront une bonne attitude globale, autant sur la glace qu’à l’extérieur, partent avec une longueur d’avance. Richardson ne cache pas qu’il met l’accent sur le professionnalisme. Il veut que les jeunes fassent preuve de fierté et de respect, mais qu’ils soient également capables de mettre de côté les distractions.

«Je veux des gars qui compétitionnent, a-t-il insisté. Peu importe ce qui se produit dans nos vies respectives, nous sommes jugés pour notre rendement sur la patinoire. La concentration durant un match devient donc primordiale.»

Et comme c’est le cas depuis plusieurs années, les jeunes auront très peu de temps pour démontrer leur savoir-faire et attirer la sympathie de Richardson et son groupe. C’est d’ailleurs pour cette raison, entre autres, qu’ils ne sont que 45 au camp d’entraînement, comparativement à une soixantaine pour d’autres formations. L’entraîneur considère que ça lui permettra de mieux évaluer les éléments en place. En raison de l’inscription pour les études collégiales, plusieurs patineurs seront remerciés dès la première semaine.

Dans cette optique, Richardson a confié que les matchs intra-équipes et les rencontres préparatoires seront déterminants pour plusieurs. Il ne minimise pas l’importance des entraînements, mais il croit que les situations de matchs permettent d’avoir une évaluation plus «juste» des joueurs.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires