Antoine Bibeau convoite un poste au sein des Marlies

Par stevenlafortune
Antoine Bibeau convoite un poste au sein des Marlies
Antoine Bibeau (Photo : Archives)

VICTORIAVILLE. À la lumière de ses propos, Antoine Bibeau ne sera pas de retour à l’âge de 20 ans avec les Foreurs de Val-d’Or. «Je ne suis pas supposé», a-t-il simplement dit.

L’espoir des Maples Leafs de Toronto, avec qui il a apposé sa signature au bas d’un contrat de trois ans le mois dernier, a laissé entendre qu’il bataillera avec deux autres cerbères pour l’un des deux postes disponibles dans la Ligue américaine de hockey avec les Marlies, club-école de l’organisation. Sinon, il entamera sa carrière professionnelle dans la Ligue de hockey de la Côte-Est.

«Je vais m’occuper de moi et de ce que je peux contrôler. Je suis dans l’une de mes meilleures formes physiques et je n’ai qu’un objectif en tête, c’est de percer l’alignement des Marlies», a confié le Victoriavillois.

Il a amorcé sa croisade silencieuse la semaine dernière, alors qu’il participait, avec 28 autres joueurs, au camp de développement de l’équipe qui l’a sélectionné en 6e ronde (172e au total) en 2013. Il a confié avoir laissé une bonne impression à la direction à sa deuxième visite, mentionnant qu’elle a été satisfaite de son rendement sur la glace.

Il ajoute que son printemps hors de l’ordinaire avec les Foreurs pourrait également pencher en sa faveur. Ayant comblé deux déficits de 3 à 2 en demi-finale contre les Mooseheads d’Halifax et en finale contre le Drakkar de Baie-Comeau pour remporter la coupe du Président, avant de s’incliner en 3e période de prolongation contre les Oil Kings d’Edmonton en demi-finale du tournoi de la coupe Memorial, il estime qu’il a gagné des points.

«Toronto est un gros marché de hockey et je crois avoir réussi à prouver ma valeur en gardant mon calme et en affichant beaucoup de caractère lors des moments critiques. Maintenant que j’ai un contrat en poche, tout ce qu’il me reste à faire est de gravir les étapes une à une», a fait valoir le récipiendaire du trophée Guy-Lafleur, remis au joueur le plus utile en séries éliminatoires dans la LHJMQ.

Étant de retour dans les Bois-Francs après avoir reçu comme consignes d’améliorer son jeu de pieds et sa rapidité devant son filet en raison de son fort gabarit (6 pieds 2 pouces et 210 livres), Bibeau affirme mettre les bouchées doubles en vue du camp professionnel des Leafs, dont le coup d’envoi aura lieu au début du mois de septembre.

Un second souffle à Val-d’Or

Ayant passé deux saisons et demie dans l’uniforme des Islanders de Charlottetown, autrefois le Rocket de l’Île-du-Prince-Édouard, Antoine Bibeau a trouvé difficile son départ vers Val-d’Or, lui qui a toujours joué dans les Maritimes. Toutefois, il reconnaît que cet échange a été bénéfique non seulement pour lui, mais aussi pour son ancienne formation. «Il s’agissait de deux équipes totalement à l’opposé. On était jeune à Charlottetown et on misait surtout sur la défensive, tandis que l’offensive primait à Val-d’Or. J’ai eu besoin d’une période d’adaptation là-bas, mais quand on a commencé à travailler ensemble et que tout le monde a adhéré au système, on a connu du succès. Je crois que ce bref passage a donné un second souffle à ma carrière et a fait de moi un meilleur gardien», a-t-il souligné.

La carrière de Bibeau dans la LHJMQ

126 rencontres

58 victoires

48 défaites

7 blanchissages

Moyenne de buts alloués de 3,24

Pourcentage d’arrêts de .901

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires