Coupe du monde: Éliot Grondin amorce son année avec une 3e place en snowboard cross

La Presse Canadienne
Coupe du monde: Éliot Grondin amorce son année avec une 3e place en snowboard cross

LES DEUX ALPES, France — Le Québécois Éliot Grondin a terminé au troisième rang de la première épreuve de la saison de snowboard cross comptant au classement de la Coupe du monde, dimanche à Les Deux Alpes, en France.

Lors d’une épreuve présentée 24 heures plus tard que prévu, à cause des forts vents qui ont sévi sur la région samedi, Grondin a d’abord terminé premier de ses vagues en huitièmes de finale et en quarts de finale.

Lors de sa vague des demi-finales, l’athlète de 21 ans de Sainte-Marie de Beauce s’est classé deuxième derrière l’éventuel vainqueur, l’Allemand Martin Noerl.

En grande finale, Grondin a terminé à 37 centièmes de seconde de l’Allemand. L’Italien Omar Visintin s’est glissé entre Noerl et Grondin pour ainsi monter sur la deuxième marche du podium.

Pour Grondin, médaillé d’argent de la discipline aux Jeux olympiques de Pékin en 2022, il s’agit d’un septième podium en carrière en Coupe du monde. Grondin compte aussi une médaille de bronze à son palmarès lors des Championnats du monde de 2021, en Suède.

En visioconférence dimanche matin, Grondin a expliqué qu’un mauvais atterrissage sur un saut lui avait causé du tort lors de la course ultime.

«J’avais vraiment plus de vitesse que les autres descentes dans le départ, mais sur un saut qu’on ne voit pas bien sur les images vidéo, j’ai failli tomber. J’ai atterri trop par en avant, de travers un peu avec le vent. J’ai été un peu déstabilisé», a-t-il décrit.

Malgré tout, Grondin a été capable de tenir le coup et d’accéder au podium, devant l’Espagnol Lucas Eguibar. C’est un résultat qui l’a tout de même amplement satisfait, surtout lorsqu’il compare à sa première compétition la saison dernière, où il s’était classé neuvième, en Chine.

«Je suis super content de commencer la saison sur un podium, c’est déjà beaucoup mieux que l’an dernier. Les conditions n’étaient vraiment pas faciles, c’était limite. Il y avait beaucoup de vent, il faisait froid, il neigeait. Ce n’était vraiment pas super, et de réussir à sortir de ça avec une troisième place, c’est sûr que pour un début de saison comme ça, c’est super», a-t-il analysé.

Même s’il a noté que les conditions de course n’étaient pas les meilleures, Grondin ne semble pas être du genre à se servir de la météo pour justifier ses performances.

«Ça ne m’affecte pas vraiment. On est tous dans le même bateau, on a tous les mêmes conditions. C’est de trouver le positif et faire avec. À la fin de la journée, il va y avoir un gagnant», a-t-il d’abord fait remarquer.

«Tant qu’à courser, tu es mieux de faire tout ce que tu peux pour réussir à bien performer. On fait un sport d’hiver, sur des glaciers, sur des montagnes, en haute altitude. On ne peut pas s’attendre à avoir juste du beau soleil.»

Chez les femmes, la Québécoise Audrey McManiman a été éliminée de la compétition après avoir terminé troisième de sa vague de quarts de finale. Sa performance l’a laissée au 11e rang du classement général de la compétition.

«J’étais vraiment nerveuse, mais c’est sûr que j’espérais mieux. Même avec ces conditions-là, aujourd’hui, je savais que ça pouvait tourner à mon avantage. Ça ne m’intimidait pas vraiment qu’il neige ou qu’il vente. J’étais vraiment d’attaque mais ça n’a juste pas été comme je le voulais», a analysé McManiman.

«Ma préparation était bonne, j’aurais aimé mieux faire. Ça me rend un peu plus agressive pour la prochaine course», a-t-elle ajouté.

Seuls les athlètes ayant terminé en première ou deuxième place de leur vague pouvaient accéder au tour suivant.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires