Six candidats sont finalement en lice pour diriger le Parti conservateur du Canada

La Presse Canadienne
Six candidats sont finalement en lice pour diriger le Parti conservateur du Canada

OTTAWA — Le Parti conservateur du Canada a confirmé que six candidats ont été validés pour la course à la direction du parti après avoir franchi les derniers obstacles pour faire inscrire leur nom sur le bulletin de vote.

Pierre Poilievre, le porte-parole conservateur en matière de finances dont les rassemblements ont parfois attiré des milliers de personnes, et Jean Charest, l’ancien premier ministre du Québec aimé des conservateurs plus centristes, sont tous deux candidats dans la course à la succession d’Erin O’Toole.

Il en va de même pour Patrick Brown, le maire de Brampton, en Ontario, qui fait la promotion de la liberté religieuse et fait des promesses ciblées aux communautés ethniques, et Leslyn Lewis, la députée rurale socialement conservatrice de l’Ontario.

Scott Aitchison, le député ontarien qui s’est engagé à mettre fin à la gestion de l’offre, et Roman Baber, le député provincial indépendant de l’Ontario expulsé du caucus progressiste-conservateur pour son opposition au confinement pendant la pandémie de COVID-19, sont également de la partie.

Les candidats devaient soumettre la totalité des 300 000 $ requis en frais d’inscription et un dépôt de conformité ainsi que leurs listes de signatures de 500 membres du parti avant vendredi dernier pour que celles-ci soient vérifiées.

Les conservateurs annonceront l’identité de leur nouveau chef le 10 septembre.

Leona Alleslev, une ancienne députée fédérale en Ontario qui a rejoint les rangs conservateurs en 2018 après avoir tourné le dos aux libéraux, a annoncé la semaine dernière qu’elle ne serait pas en mesure de recueillir les fonds nécessaires à temps.

Le député britanno-colombien Marc Dalton, qui avait aussi franchi la précédente étape, a lui aussi annoncé ne pas avoir réussi à amasser le reste de la somme exigée pour obtenir une place sur le bulletin de vote.

Trois autres aspirants candidats qui avaient franchi la précédente étape ne comprennent pas pourquoi le Parti conservateur n’a pas évalué leur dossier de candidature, alors que la direction insiste sur le fait que cela n’a rien à voir avec leurs positions politiques.

L’homme d’affaires de la Saskatchewan, Joseph Bourgault, qui a appuyé le convoi de camionneurs ayant paralysé Ottawa en début d’année, a révélé lundi dans un message sur Twitter que son équipe avait recueilli plus de 367 000 $. «Nous voulons des explications», a-t-il écrit.

Joel Etienne, un ancien candidat ayant représenté le Parti conservateur, a déclaré par voie de communiqué que son équipe prépare «une contestation officielle» qui sera envoyée à la direction du parti après qu’il eut tenté en vain de soumettre l’argent amassé et sa liste de signatures vendredi dernier.

Grant Abraham, un consultant ayant été candidat conservateur au Royaume-Uni en 2019, a lui aussi indiqué par communiqué qu’il attendait «des explications précises» de la part du parti concernant le rejet de sa candidature alors qu’il assure avoir soumis à temps l’argent et le nombre de signatures nécessaires.

Le directeur général du PCC, Wayne Benson, a répondu que tous les aspirants candidats éliminés de la course ont été informés des raisons précises pour lesquelles leur dossier ne répondait pas aux critères établis.

«Les vérifications finales étaient basées sur les critères établis selon les règles de la course et non sur les opinions politiques des aspirants candidats», a insisté Benson dans une déclaration écrite.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires