Une amende pour voies de fait armées contre un signaleur routier

Une amende pour voies de fait armées contre un signaleur routier
(Photo TC Media - Archives)

VICTORIAVILLE. Le Victoriavillois Gaétan St-Hilaire, 67 ans, a été condamné, vendredi matin, à une amende de 1000 $ après avoir plaidé coupable à une accusation de voies de fait armées sur un signaleur routier.

L’infraction est survenue le 10 octobre 2014. En fait, comme l’a expliqué devant la Cour l’avocat de l’accusé, Me Guy Boisvert, le véhicule constitue l’arme en question.

Le sexagénaire s’était immobilisé à un chantier et avait entamé une discussion avec le signaleur, a relaté Me Boisvert. Son client souhaitait poursuivre sa route pour aller tourner un peu plus loin.

Mais, malgré des indications du signaleur, Gaétan St-Hilaire a passé outre pour continuer son chemin, accrochant au passage les jambes du signaleur routier qui, heureusement, n’a subi aucune blessure.

Le juge Bruno Langelier de la Cour du Québec a entériné la suggestion commune, l’amende de 1000 $, non sans passer un message à l’homme sans antécédent judiciaire. «L’emploi de signaleur routier demeure l’un des plus dangereux au quotidien. Les signaleurs sont exposés à des dangers importants. Ils disent craindre chaque jour pour leur sécurité, a souligné le magistrat. Certains usagers de la route se comportent de façon incorrecte. Les chantiers restent des zones dangereuses.»

Le président du Tribunal, en acceptant la proposition des parties, a considéré notamment l’absence d’antécédent judiciaire du Victoriavillois, de son âge et de l’enregistrement rapide d’un plaidoyer de culpabilité. Il lui a accordé un délai de 12 mois pour payer l’amende.

Michael Dufour, peine reportée

En matinée, vendredi, le juge Bruno Langelier a fait savoir qu’il fera connaître, le 26 juin, la peine qu’il imposera à Michael Dufour qui a reconnu sa culpabilité à une accusation de conduite dangereuse causant la mort de son grand ami Frédérick D’Amour.

Dans ce dossier, la poursuite réclame une peine ferme d’emprisonnement de deux ans de pénitencier ou de deux ans moins un jour dans une prison provinciale, tandis que la défense a milité pour une peine de 90 jours de prison à purger de façon discontinue.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires