Warwick : un citoyen opposé au projet de sentier cyclable

Warwick : un citoyen opposé au projet de sentier cyclable
Le citoyen Michel Croteau s'adressant au conseil municipal lors de la séance publique

WARWICK. Un résident de Warwick, Michel Croteau, a interpellé les élus, lundi soir, pour manifester son désaccord au projet d’un sentier cyclable long d’environ 500 m devant relier le mont Gleason au Parc linéaire des Bois-Francs, un projet que les promoteurs Jérôme Nadeau et Samuel Tousignant ont fait connaître à la séance d’avril du conseil municipal.

Michel Croteau a d’abord questionné le maire Diego Scalzo à savoir pourquoi la Ville de Warwick tenait à s’impliquer dans ce projet lancé par des citoyens de Tingwick. «Parce que le projet se situe à 100% sur le territoire de Warwick», a répondu le maire.

«Pourquoi les promoteurs ne s’adressent-ils pas à Tingwick?», a interrogé le citoyen.

«Des démarches se font notamment à Tingwick et auprès de la MRC d’Arthabaska», a souligné le maire Diego Scalzo.

Michel Croteau estime que ce projet est une affaire «d’enfants gâtés». «C’est votre opinion», a confié le maire.

«La plupart des gens font le détour pour aller emprunter la piste cyclable du Parc linéaire des Bois-Francs», a fait remarquer M. Croteau, précisant aussi que les machines employées pour les travaux créeront des gaz à effet de serre, nocifs pour l’environnement.

«Réfléchissez», a-t-il lancé aux membres du conseil, tout en faisant part de son intention d’adresser une lettre de protestation à la Commission de protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ).

Le résident de Warwick juge que les élus semblent avoir «une fixation» sur la piste cyclable, rappelant ce projet évoqué d’un sentier cyclable dans le secteur de la rivière des Pins. «Nous pensions que c’était un beau projet, a fait valoir le maire Scalzo. Mais une étude a révélé que ce serait très dispendieux. On pense plutôt à un sentier pédestre, un projet plus simple et plus respectueux de l’environnement.»

«Et combien a coûté cette étude?», a interrogé M. Croteau. «Je n’ai pas le montant exact, mais il s’agit de quelques milliers de dollars», a fait savoir le maire.

À un moment, le citoyen a préféré s’arrêter, même s’il avait, a-t-il dit, d’autres points à soulever, comme il l’a fait avec le dossier de l’ex-directeur du Service de sécurité incendie, Bernard Beaudet, qui, on le sait, doit faire face à la justice. «J’ai beaucoup de choses, ça fait un an que je ne me suis pas présenté au conseil municipal, mais je vais m’arrêter ici», a indiqué Michel Croteau.

«Vous savez, la période de questions constitue, pour nous, un moment privilégié pour échanger avec les citoyens. Vous serez toujours le bienvenue», lui a fait savoir le maire Diego Scalzo.

 

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires