Une marche de l’amour… pour riposter au terrorisme

Par heleneruel
Une marche de l’amour… pour riposter au terrorisme
Marie-Josée Roux et l’abbé Gérard Marier (Photo TC Media – Hélène Ruel)

VICTORIAVILLE. La marche du Vendredi saint, le 3 avril prendra une couleur très particulière cette année à Victoriaville. Le prêtre Gérard Marier et son assistante à la Communauté du Désert, Marie-Josée Roux veulent publiquement manifester leur foi, contrer la propagande terroriste par un message d’amour et de fraternité, d’ouverture et d’inclusion aussi.

«À la suite de Jésus qui pardonne sur la Croix à ceux qui l’y ont cloué, c’est cette radicalisation de l’amour qui va jusqu’à celui des ennemis que nous allons montrer le Vendredi saint en marchant le soir par des rues de la ville», écrit l’abbé Marier.

Cette thématique fait écho aux attentats survenus à Saint-Jean-sur-le-Richelieu et à Ottawa ainsi qu’à la tuerie dans les locaux du journal Charlie Hebdo à Paris en janvier dernier.

«Ces événements démontrent que plus personne n’est à l’abri d’une fusillade dans un endroit public, surtout s’il porte l’uniforme de la police ou de l’armée», note l’abbé Marier.

Il parle de la radicalisation de quelques-uns des nôtres qui, convertis à l’Islam, deviennent des terroristes. Leurs gestes, leurs messages haineux, tout cela inquiète et insécurise.

Gérard Marier craint toutes ces radicalisations. Allant même jusqu’à dire que la «sacro-sainte laïcité» constitue une autre forme de radicalisation.

Marie-Josée Roux abonde dans le même sens. «Ce qui m’inquiète, c’est de voir que l’athéisme se radicalise à un point tel qu’on sent que le respect entre laïcs et religieux n’est plus réciproque.» Elle croit par ailleurs, que, en raison de la radicalisation de l’athéisme, bien des jeunes soient tentés par l’idéal islamique qui les incite à vouloir donner leur sang, leur vie pour la cause, noble ou ignoble selon le point de vue.

Sans succomber au prosélytisme, l’abbé Marier estime que l’on devrait pouvoir exprimer publiquement ses opinions religieuses. La foi, la religion ne peuvent se vivre exclusivement que dans la sphère privée, croit-il encore.

Une marche

Le vendredi 3 avril, la marche commence à 19 heures, à partir de l’église Sainte-Victoire pour se rendre à l’église Sainte-Famille où une célébration aura lieu.

Un témoignage

Syrienne d’origine, une femme musulmane livrera son témoignage lors de la célébration, la communauté chrétienne voulant projeter une autre image de l’Islam.

Une célébration

Les gens qui ne peuvent prendre part à la marche sont invités à se rendre directement à l’église Sainte-Famille à 19 heures. Il y aura déjà de l’animation.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires