Un documentaire et une discussion sur la justice réparatrice

Communiqué

Un documentaire et une discussion sur la justice réparatrice
Lors de la projection organisée le 16 novembre. (Photo : gracieuseté)

Équijustice Arthabaska/Érable avec Rapide-Blanc et Productions Triangle ont présenté cette semaine devant plus de 80 spectateurs le documentaire « Quand punir ne suffit pas La justice réparatrice » réalisé par Pauline Voisard.

Il s’agit de l’un des rares documentaires francophones qui contribue à mettre en lumière la justice réparatrice et la médiation, loin des stéréotypes et des préjugés. Une discussion post-projection a eu lieu avec les personnes présentes, dont la réalisatrice Pauline Voisard, des médiatrices ainsi que des personnes ayant vécu le processus de justice réparatrice.

Équijustice Arthabaska/Érable a organisé cette projection à quelques jours de la Semaine de justice réparatrice afin de faire connaitre davantage ce processus aux partenaires communautaires, judiciaires, scolaires, municipales, services sociaux, politiques et au grand public.

Équijustice Arthabaska/Érable pense que la justice réparatrice ne consiste pas seulement à réparer les torts causés par une infraction ou un conflit. Elle donne aussi la possibilité à chaque personne de participer au processus de réparation du lien social brisé dans un cadre ouvert et respectueux. Que ce soit dans le cadre de nos services de mesures de rechange pour adolescents ou adultes, ou de ceux en médiation citoyenne, nos médiateurs se mettent au service des relations humaines.

« Nos services de justice réparatrice offrent une place centrale aux personnes, au dialogue et peut prendre diverses formes : rencontre en face à face, échanges indirects, démarche de réparation auprès de la collectivité, etc. », indique la directrice, Michèle Gariépy.

La justice réparatrice offre des espaces d’écoute et d’échanges, confidentiels, sécuritaires et respectueux, à toutes les personnes concernées par un acte criminel – personnes victimes, auteurs, témoins ou proches – ou par un conflit. Les personnes souhaitant s’engager dans une démarche de réparation et de médiation peuvent le faire à tout moment de leur vie, qu’elles aient entamé des démarches judiciaires ou non. 

Statistiques Équijustice Arthabaska/Érable pour l’année 2021-2022

72 personnes impliquées dans une démarche de justice réparatrice dans le cadre de la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents.

18 personnes impliquées dans le cadre du programme de mesure de rechange général.

104 personnes impliquées dans une démarche au niveau du service de médiation citoyenne.

Pour toutes demandes, contactez 819 752-3551

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires