Un centre de pêche hivernal au lac William

Un centre de pêche hivernal au lac William
Éric Sylvain et Christiane Christin offrent leur expertise aux amateurs de pêche blanche. Il y a de belles prises à faire sur le lac William. (Photo : gracieuseté)

Le centre de pêche Les Jiggeux, situé sur le lac William à Saint-Ferdinand, est l’endroit parfait dans la région de L’Érable pour découvrir la pêche sur la glace, une activité originale qui permet de profiter de la saison froide au maximum, que ce soit en famille ou entre amis. Le centre accueille même les groupes scolaires et corporatifs.

Guides professionnels de pêche et passionnés de nature, Éric Sylvain et Christiane Christin de Plessisville ont ouvert leur nouveau centre de pêche hivernal l’an dernier. Celui-ci est opérationnel de janvier à mars quand les conditions de glace sur le lac sont réunies.

Même si la pêche se passe à l’extérieur, le centre possède deux petites cabanes et tentes chauffées pour les pêcheurs désirant prendre une pause ou se réchauffer. « Nous leur fournissons absolument tout : cannes, jigs, leurres, appâts, formation, accompagnement, sonars et même le bouillon de poulet », de faire savoir les deux propriétaires.

Ce n’est pas par hasard qu’ils ont aussi choisi d’établir leur centre dans le secteur du Manoir du lac William. « Nous avons une entente avec la famille Lessard qui nous permet de profiter de leurs installations intérieures au besoin et du stationnement, de la descente au lac et même des patinoires aménagées sur le lac. »

« Notre objectif en ouvrant le centre était non seulement de faire vivre à nos clients une expérience enrichissante et inoubliable sur le lac, mais aussi d’en profiter pour transmettre nos connaissances à notre relève. C’est important de leur transférer notre savoir. C’est une passion chez nous », de dire Éric et Christiane qui, à titre de directeurs pour l’Association chasse et pêche de Plessisville, sont déjà très impliqués avec les jeunes alors qu’ils leur enseignent aussi le tir à l’arc à d’autres moments dans l’année.

« En fondant notre centre l’an passé, nous nous sommes également donné la mission de faire connaître les attraits touristiques de notre région. Nous sommes d’ailleurs en pourparlers pour créer de nouveaux forfaits avec le Manoir du lac William (hébergement et gastronomie) et d’autres partenaires pour le ski et glisse, la randonnée de traîneau, le fatbike et plein d’autres activités », soulignent Éric et Christiane.

Ils expliquent que les gens de la région sont extrêmement chanceux de pouvoir miser sur un plan d’eau comme le lac William afin de pouvoir pratiquer la pêche sur la glace. « Nous, on le connaît bien puisqu’on y pêche depuis de nombreuses années. Ça fait longtemps qu’on y amène des amis ou encore des jeunes qui veulent apprendre. Il y avait une forte demande de ce côté. Ça nous a donné l’idée de lancer notre entreprise », de poursuivre le couple qui est allé se chercher une Attestation de spécialisation professionnelle (ASP) en gestion pour s’assurer de faire les choses correctement.

Le centre a ouvert ses portes le 8 janvier cette année. Ce sont les conditions de glace sur le lac qui dictent de son ouverture et de sa fermeture. « Il faut que la surface atteigne un minimum gelé de huit pouces pour qu’on puisse amener nos clients sécuritairement sur le lac et pour l’installation de nos cabanes et tentes », de mentionner Éric.

Selon les propriétaires, les raisons sont nombreuses pour inciter les gens à venir faire l’activité avec eux. « Ça peut être pour passer du bon temps en famille ou du temps de qualité entre collègues et amis ou pour apprendre de nouvelles techniques de pêche. Les techniques ont beaucoup changé avec les années. D’autres sont là pour ramener du poisson tandis que certains ne viennent que pour le plaisir de capturer du poisson et le remettre à l’eau. »

Parmi les poissons les plus pêchés au lac William, il y a la perchaude, le doré jaune et le grand brochet du Nord. « Il s’agit des trois espèces dominantes qu’on y retrouve. Ça n’a rien à voir avec la pêche aux petits poissons des chenaux. Nous ne faisons pas non plus le même type de pêche », assure Éric.

« D’après ce que nous avons constaté, nous sommes le seul centre de pêche à offrir de la formation continue à nos clients tout au long de la journée. Nous sommes à leurs côtés pour les former, les sensibiliser à la surpêche et à l’environnement, à faire de belles remises à l’eau et même leur apprendre à faire des filets et cuisiner leur poisson », expliquent-ils. « Nous souhaitons que cela reste comme ça et nous ne voulons pas que notre centre prenne de l’expansion. Nous voulons continuer à passer du temps avec les gens et les accompagner dans leur expérience et nous ne souhaitons pas épuiser la ressource non plus. »

Les deux guides de pêche ont accueilli, au cours des derniers jours, près de 90 élèves de l’école secondaire Sainte-Marie de Princeville et se préparaient à recevoir à partir de cette semaine des groupes scolaires en provenance de la polyvalente La Samare de Plessisville, soit quelque 140 jeunes jusqu’en mars prochain.

L’entreprise Machinex a aussi réservé pour 80 à 100 pêcheurs pour une activité corporative qui devrait avoir lieu le 5 mars en respectant toutes les consignes sanitaires également. Les gens viennent d’un peu partout pour pêcher. « Nous attendons même la visite d’un groupe français d’ici la fin de la saison », note Christiane.

« Il y a de belles semaines de pêche à venir grâce à la température qui devient plus clémente et aussi parce que le poisson devient de plus en plus actif en raison de la période de fraye, ce qui rend encore la pêche plus intéressante », laisse aussi entendre Éric. Il est toujours temps de réserver pour une demi-journée ou toute une journée en suivant leur page Facebook Les Jiggeux (https://www.facebook.com/LesJiggeux/).

Le centre de pêche Les Jiggeux collabore de plus avec l’organisme GROBEC afin de recenser ses prises de la journée et vérifier particulièrement l’état de santé des poissons. « Nous allons leur transmettre toutes les informations que nous aurons recueillies à la fin de la saison pour les aider dans le travail qu’ils font pour améliorer les bassins versants de la rivière Bécancour. »

De plus, le centre de pêche sera également impliqué dans la journée de pêche familiale organisée par GROBEC qui se tiendra sur le lac William le 12 février. Pour l’été 2022, ils ont aussi comme projet d’ouvrir un camp de pêche journalier pour les jeunes.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Comment
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Fremich
Fremich
6 mois

WOW! Que c’est intéressant même s’ils ne font pas mention des couts.