L’UTA lance sa quatrième session

Par heleneruel
L’UTA lance sa quatrième session
onique Barriault et Monique St-Onge (Photo TC Media – Hélène Ruel)

VICTORIAVILLE. C’est aussi la rentrée du côté de l’antenne victoriavilloise de l’Université du troisième âge (UTA) avec une offre de cours et de conférences sur une approche différence de la maladie d’Alzheimer, sur une meilleure compréhension de la mécanique du corps après 50 ans, sur la droite et la gauche et sur l’histoire de l’art.

Il s’agit de la quatrième session offerte par l’UTA de Victoriaville, dont la plupart des cours sont offerts à la bibliothèque Alcide-Fleury, 841, boulevard des Bois-Francs Sud à Victoriaville.

La présidente, Monique St-Onge, rappelle que malgré son appellation – «université» – les «étudiants» n’ont nul besoin de détenir un diplôme pour s’inscrire.

«Les activités sont offertes aux 50 ans et plus résidant dans les MRC d’Arthabaska et de L’Érable. Elles permettent d’acquérir des connaissances, de sortir de chez soi, répondent à des besoins d’accomplissement.» Les cours, sans leçons, ni devoirs et examens, sont dispensés pour le seul plaisir d’apprendre.

Responsable de la promotion, Monique Barriault ajoute qu’en s’inscrivant à un cours ou une conférence, le participant devient membre de l’Association étudiante, lui ouvrant ainsi la porte à d’autres activités.

Les cours offerts

Commençant le 28 octobre et offert pendant six semaines les mardis après-midi, le cours «Carpe Diem : un regard, une approche, un combat» a été inscrit à la programmation parce qu’un sondage a révélé que la maladie d’Alzheimer constituait un sujet de grand intérêt pour les 50 ans plus, expliquent Mmes St-Onge et Barriault.

Pour offrir ces formations, trois intervenantes de la maison Carpe Diem à Trois-Rivières parleront évidemment de la maladie, mais surtout de l’approche développée par Nicole Poirier auprès des personnes atteintes. «Si on apprend à mieux décoder la maladie, peut-être qu’on pourra mieux voir venir et aider», croit Mme Barriault.

Octogénaire et encore prof associé au Service de neurologie de la faculté de médecine de l’Université de Sherbrooke, Jacques Vanden Abeele animera une série de quatre rencontres – à compter du 30 septembre – pour traiter, théoriquement, du plaisir du mouvement après 50 ans. Il ne fait pas bouger les participants, il leur explique la motricité humaine et les principes d’entraînement. Il soutient qu’on peut maintenir sa motricité et l’améliorer en s’entraînant. Il ne suffit pas de bouger ou de faire des exercices, croit-il. «On dit de lui qu’il a su intégrer l’idéologie sportive dans le monde de la santé», rapporte Monique Barriault.

Artiste bien connu dans la région, Laurent Luneau propose, pour sa part, une série de huit cours les jeudis en matinée, à partir du 25 septembre. Il brossera un «tableau» panoramique du néo-réalisme européen jusqu’à l’art actuel au Québec. Il insistera sur la place des artistes québécois, dont plusieurs rayonnent à l’étranger.

Enfin, pour mieux comprendre les concepts politiques de gauche et de droite, le prof Daniel Landry prononcera deux conférences, les jeudis 16 et 30 octobre. La première s’attardera à l’origine historique de la droite et de la gauche, la seconde jettera un éclairage sur l’actualité politique.

On peut s’inscrire en ligne au www.usherbrooke.ca/uta/victoriaville. On peut s’informer à utavicto@gmail.com. Des formulaires d’inscription sont disponibles à la bibliothèque Charles-Édouard-Mailhot à Victoriaville.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires