Gestion des déchets : les élus agréablement surpris de la technologie Triom

Communiqué

Gestion des déchets : les élus agréablement surpris de la technologie Triom
La délégation de L’Érable à l’entrée de l’usine pilote de Viridis Environnement (Photo : gracieuseté)

Un groupe d’élus et de professionnels des différentes municipalités de L’Érable se sont déplacés à Saint-Côme-Linière en Beauce pour observer de près la vitrine technologique Triom développée par Viridis Environnement.  

Triom représente une option différente du bac brun pour valoriser les matières organiques. Elle permet d’extraire directement la matière organique du sac d’ordures et d’éviter une troisième collecte. La quarantaine de représentants de L’Érable ont tous été agréablement surpris des résultats démontrés.

Depuis plus d’un an, la MRC chemine du côté de cette technologie y voyant plusieurs avantages dont la performance qui permet de capter 70% de la matière organique à même le bac de déchets. Le compost qui en résulte pourra être utilisé en agriculture ou pour la revitalisation minière.

Entre 2017 et 2020, la MRC avait d’ailleurs participé à un projet pilote de tri mécano biologique des déchets (TMB), lequel avait permis de conclure à un taux de récupération supérieure des matières organiques et à une qualité du compost répondant aux normes du secteur agricole.

 

Des défis majeurs 

Parmi les défis actuels auxquels la MRC de L’Érable est aux prises se trouve la quantité de tonnage nécessaire pour obtenir un seuil de rentabilité. Les 6000 tonnes générées par les municipalités de L’Érable ne suffisent pas, obligeant la MRC à créer des partenariats avec des régions voisines.

Par ailleurs, même si le procédé TMB dont il est question commence à faire ses preuves, la MRC doit convaincre le gouvernement du Québec du bien-fondé de cette technologie puisque les redevances gouvernementales ne sont accordées qu’aux municipalités mettant en place un système de tri à la source.

« La MRC constate une certaine incohérence. D’un côté, le gouvernement du Québec a soutenu le développement de cette technologie grâce à des programmes d’aide du ministère de l’Économie et, de l’autre, la réglementation du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques rend cette technologie inadmissible aux redevances. Pour L’Érable, il s’agit d’une somme approximative de 200 000 $ », explique le préfet de la MRC de L’Érable, également maire de Princeville, Gilles Fortier.

Plusieurs municipalités ou MRC au Québec seraient d’ailleurs en attente d’une approbation ou d’un changement de règlement de la part du gouvernement puisqu’elles s’intéressent elles aussi à la technologie de Viridis.

La MRC de L’Érable devra, au cours des prochains mois, faire un choix final pour répondre aux obligations de la Stratégie de valorisation de la matière organique qui demande aux municipalités « d’instaurer la gestion de la matière organique sur 100% du territoire municipal d’ici 2025 ». 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires