Autopartage de véhicules électriques : subvention pour la Ville de Plessisville

Autopartage de véhicules électriques : subvention pour la Ville de Plessisville
Le maire de la Ville de Plessisville

PLESSISVILLE. La Ville de Plessisville ainsi que celles de Nicolet, Amqui et Deux-Montagnes ont reçu une subvention de 91 685 $ du Fonds municipal vertMC (FMV) afin de leur permettre, en partenariat avec le Centre national du transport avancé (CNTA) et la firme spécialisée en lutte aux changements climatiques, YHC Environnement, d’étudier s’il est techniquement et financièrement possible de rendre leur parc automobile municipal plus écologique en y intégrant des véhicules électriques adaptés à l’autopartage.

L’annonce de l’aide financière en a été faite par le ministre des Ressources naturelles du Canada et ministre de l’Initiative fédérale de développement économique dans le Nord de l’Ontario, et Brad Woodside, président de la Fédération canadienne des municipalités (FCM) et maire de la Ville de Fredericton (Nouveau-Brunswick).

L’autopartage permettra potentiellement à la municipalité et à des partenaires participant au projet (par exemple une MRC, une maison de retraités, un CLSC etc.) de partager un ou plusieurs de ses véhicules afin d’optimiser leur utilisation. Par exemple, lorsque non utilisé en soirée, un véhicule municipal pourrait servir au déplacement de certains citoyens ou de partenaires pour les loisirs, le travail ou toute autre occupation. De plus, l’autopartage d’un véhicule électrique d’une municipalité pourrait à la fois réduire ses coûts d’acquisition, mais aussi d’utilisation.

L’étude de faisabilité technique et financière comportera trois volets : l’intégration de véhicules électriques dans le parc automobile de chaque municipalité étudiée; la mise sur pied d’un service d’autopartage comme moyen de transport collectif; et l’adaptation de ce type de véhicule conformément à ce besoin précis.

Parmi les objectifs, on retrouve celui de documenter les potentiels de réduction des émissions de gaz à effet de serre et des dépenses municipales. Les résultats intéresseront particulièrement toutes les municipalités des régions éloignées qui explorent des façons d’améliorer la mobilité de leur population.

À titre de porte-parole des quatre villes participantes, le maire de la Ville de Plessisville, Jean-Noël Bergeron, a laissé entendre que la participation active au projet prouve le sérieux de la démarche dans l’action. «Nos citoyens nous demandent d’être proactifs et d’avoir de plus en plus une vision du futur écoresponsable. Avec ce projet, la Ville de Plessisville démontre donc à sa population qu’elle est orientée vers des solutions positives pour son environnement. En fait, Plessisville est une municipalité orientée vert et offre une qualité de vie en tout point meilleure pour ses citoyens. Nous remercions la FCM et le gouvernement canadien pour leur soutien à de telles initiatives.»

Le gouvernement du Canada a doté la Fédération canadienne des municipalités (FCM) de 550 millions $ afin d’établir le Fonds municipal vertMC. Le Fonds appuie les partenariats et sert de levier aux projets financés par les secteurs public et privé afin d’atteindre des normes supérieures de qualité de l’air, de l’eau, du sol et de protection du climat.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires