Les syndiqués de deux CPE manifestent

Les syndiqués de deux CPE manifestent
CPE (Photo : www.lanouvelle.net)

Jeudi midi, les syndiquées (majoritairement des femmes) CSN des CPE Rayon de Soleil et Maison des Amis de Victoriaville se sont rejointes devant l’Éconofitness (face au boulevard des Bois-Francs) afin de manifester ensemble et avoir un impact majeur.

Cette action commune s’inscrit à l’intérieur des deux journées de grève (jeudi et vendredi) tenues par les syndiquées. Rencontrées sur les lieux, les représentantes syndicales Annie Baril (Maison des Amis) et Stéphanie Cantin (Rayon de Soleil) ont expliqué qu’elles revendiquaient de meilleures conditions de travail ainsi qu’un rattrapage salarial.

Malgré l’annonce faite le matin même par le gouvernement Legault de mettre en vigueur immédiatement les bonifications salariales déjà annoncées, les deux représentantes ont déploré le fait que cette annonce ne concernait que les éducatrices, donc laissait de côté tous les autres membres des équipes des CPE. « Et pour ce qui est des 17% annoncés, ils ne concernent que celles qui font 40 heures par semaine », déplore Annie Baril.

De plus, ce ne sont pas que les salaires qui ont mené à ces jours de grève, mais bien les conditions dans leur ensemble. Les deux femmes déplorent en effet que plusieurs acquis ont disparu, notamment depuis l’austérité du gouvernement Couillard, qu’il s’agisse des ratios, des journées fériées, etc. Tout cela en ajoutant des tâches à un personnel déjà débordé. « Et cela est sans compter la COVID-19 », disent-elles encore, rappelant qu’elles n’ont jamais eu de primes pour continuer leur travail comme d’autres corps de métiers. 

Ainsi, les batailles dans ce secteur d’activité semblent loin d’être gagnées comme l’expliquent les représentantes syndicales. Celles-ci ne comprennent pas non plus que le fédéral a déjà annoncé des fonds (6 milliards $) pour les CPE et que la situation ne change pas.

Tout cela fait que le personnel des CPE est difficile à conserver, d’ailleurs, la représentante du Rayon de Soleil a indiqué que l’an dernier, 16 personnes ont occupé le poste de préposé et quitté à cause des conditions. « Et maintenant, il nous en reste 1 sur 3. Il faut donc faire appel à de la sous-traitance », déplore-t-elle.

Ainsi, alors qu’il est difficile de recruter, comme elles l’ont indiqué, le gouvernement crée tout de même des places en CPE, une incohérence selon elles.

Malgré tout, elles sont toujours là (même depuis le début de la COVID-19), souriantes à s’occuper des enfants tout en réalisant plusieurs tâches en parallèle, comme elles le disent. 

Les opérations dans les cinq installations des deux CPE ont donc été suspendues pendant les deux journées de grève. Les parents, dont plusieurs supportent les demandes du personnel, ont dû se débrouiller autrement.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
9 Comments
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
STEPHANIE CHRETIEN
STEPHANIE CHRETIEN
3 jours

Lachez pas les filles. La maman d une des cuisinieres

Patrick
Patrick
3 jours

Austérité ?!? sérieusement ? On est dans un pays des plus libre et avec tellement de possibilités.

Voyagez un peu et retourner à l’école avant de parler d’austérité … une honte !

Tout ce qui s’est passé c’est un gel de l’indexation des dépenses pendant Couillard wow… toute qu’une austérité. (qui veut dire juste pour votre connaissance , une baisse des appuis gouvernementaux par coupure budgétaire nécessaire)

On peut bien passer pour une bande d’épais dans le reste du Canada avec des revendications de ce genre.

Même pas savoir ce qu’est un contexte d’austérité et s’en servir comme argument… ça en dit gros.

Parler de vos conditions personnelles si ça vous chante mais venez pas mettre un terme comme austérité là-dedans ça fait perdre toute crédibilité.

Daniel Côté
Daniel Côté
3 jours
Répondre à  Patrick

Tout ta fait d’accord

Ezeckiel
Ezeckiel
2 jours
Répondre à  Patrick

En fait les employés des CPE ont perdu des jours de congé et du personnel a été remercié suite aux coupures, ce qui a occasionné plus de travail alors que le salaires n’ont pas suivi. Vous croyez que c’était nécessaire? Allez porter votre CV dans un CPE et essayez de fournir un travail satisfaisant avec leurs conditions pour voir! (à moins que vous soyez un des sous-traitants qui ramasse le chèque?)

Patrick
Patrick
2 jours
Répondre à  Ezeckiel

Ramasse le chèque ?? Non pantoute ! Je suis plutôt un simple citoyen travailleur et payeur de taxes (comme bien des gens….) qui est tanné d’entendre à tout bout de champ ces excuses d’austérité alors que c’est pas vrai pantoute. Tu choisis de travailler dans un milieu financé par le gouvernement et bien ça se peut que t’aille pas toujours ce que tu veux. Voyons voir si on va commencer à donner des bonus a des cuisinières de CPE misère.. tant qua ça le gars qui fait le ménage ?? Moment donné , pousser mais pousser égal. Déjà que le gouvernement vient de faire un pas pour donner un coup de pouce aux éducatrices ça en prenait pas plus pour faire une vague de frustration.

Le Québec est champion en contestation de tout genre c’est bien connu.

Exemple bidon ; on augmente les médecins et infirmières dans un hôpital , ceux qui travaillent aux archives ou au ménage vont chialer yen a tout le temps qui cherchent à aller gratter la cenne même s’ils ne sont pas concernés. Désoler mais une cuisinière , c’est pas du tout lié à l’éducation des enfants point final !

Ezeckiel
Ezeckiel
2 jours
Répondre à  Patrick

Pas avoir ce que l’on veut? Genre se faire dire qu’on perdra des jours de congé et qu’il va falloir se taper le travail de ceux dont les postes ont été coupés? C’est exactement ce qui est arrivé! Il l’ont pas eu ce qu’ils voulaient. Là ils veulent changer les choses et arrêter de voir le personnel quitter à cause des conditions non avantageuses.

Ginette Côté
Ginette Côté
3 jours

Vous incluez la pandémie au coeur de vos préoccupations, que diriez-vous de jaser de ceux et celles qui travaillent auprès de ces enfants et qui NE SONT PAS VACCINÉS…pour ma part si j’avais des enfants à vous faire garder ça me préoccuperait…on devrait vous obliger à vous faire vacciner…mais la partie syndicale aime mieux faire du lobayiste et ne parle pas des vrais enjeux…

Patrick
Patrick
2 jours
Répondre à  Ginette Côté

Protéger les plus vulnérables..c’est supposément ce qui compte soit les jeunes et bien sur majoritairement les vieux… dans les deux cas, les gens autour qui travaillent font des contestations dont celle de ne pas avoir à être vacciné.

Essayer de comprendre. tu vas au tim hortons chercher un muffin … tu veux le manger sur place code QR pièce d’identité etc..

Part contre tu peux aller prendre soin des gens mal en point ou vulnérable et on a peur de demander à ces personnes d’être protégé …. c’est le monde à l’envers ! On est rendu là…. misère.

Last edited 2 jours by Patrick
Julien Paquet
Julien Paquet
2 jours

Donnons leur tout ce qu’elles demandent et ils ne seront jamais satisfaites, moins d’heure mais un bien meilleur salaire, on a toujours travaillé 40 h. semaine et jamais on ne s’est plaint, alors qu’elles veulent travailler seulement 32 heures/semaine, elles sont tellement exténuées, alors si tous les parents les appuient, qu’on leur charge 40.00$ par jour dorénavent et sinon elles ont juste à rester chez elles et se reposer, bonne vacance à vous toutes.