Projet du presbytère de Saint-Ferdinand : ça sent le gaspillage de fonds publics

Par Andre Poulin
Projet du presbytère de Saint-Ferdinand : ça sent le gaspillage de fonds publics

Un article du journaliste Carol Isabel, paru le 14 juillet dernier, sur la création d’un espace collaboratif à Saint-Ferdinand me fait réagir.

Rappelons l’objectif cité par cet article, la Municipalité a l’intention de louer une douzaine de petits bureaux à des entrepreneurs ou travailleurs autonomes. Il s’agit d’un copier-coller d’une réalisation de la Municipalité de Plessisville. Encore une fois, l’article fait ressortir un manque de rigueur dans un dossier municipal à Saint-Ferdinand.

Le maire compte faire l’essai temporaire et remet la décision de poursuivre le projet aux prochains élus. Il engage des coûts pour la Municipalité et le prochain conseil aura à décider du sort du projet. Le maire cite, dans cet article, « Nous voulons en faire l’essai temporairement. Nous verrons ce que ça donnera comme résultat… ». Le vieux presbytère n’est pas occupé, en améliorer son occupation est une bonne chose en soi, mais il s’agit d’un projet qui manque de vision. Des coûts sont engagés sur quelle base?

« Ce que ça donnera », drôle de méthode d’analyse avant d’engager des fonds publics. Tout projet qui se respecte se doit d’être fait selon des analyses, une étude de marché ou autre avant l’exécution de travaux qui nécessitent des coûts pour la Municipalité.

En cette période préélectorale, monsieur le maire, un tel projet n’est-il pas dans le but de mousser votre campagne électorale et d’aider votre prochaine élection? Ça sent le gaspillage de fonds publics. Ce n’est pas la première fois que nous entendons ces paroles « on verra ce que ça donnera » lors de la réalisation d’un projet municipal.

Claude Samson

Saint-Ferdinand

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
6 Comments
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Yves Charlebois
Yves Charlebois
2 mois

M. Samson, ce n’est pas le projet du maire. Devant une demande de citoyens qui désiraient louer des bureaux, le conseil a donné le mandat au comité de promotion économique de trouver des locataires et d’établir une grille tarifaire pour les loyers.

Pour les coûts, ce sont les employés des travaux publics qui ont juste fait des travaux de peinture, qui n’étaient pas un luxe. Du mobilier a été acheté pour environ 2000$ qui pourrait servir à d’autres fins également. Nous verrons dans les prochains mois si ce projet est viable. Le cas échéant, nous trouverons une autre vocation au bâtiment.

Comme la Fabrique ne loge plus personne, nous avons l’obligation de payer les frais de chauffage et d’électricité. Si nous pouvons avoir quelques locataires, pourquoi pas. Vous, vous feriez quoi avec cet immeuble?

Claude Samson
Claude Samson
1 mois
Répondre à  Yves Charlebois

Selon les commentaires de M. Vachon, je comprend bien que le projet est plus modeste. Cela n’enlève pas qu’il ne semble pas avoir été fait sur une base d’étude car normalement une municipalitè ne gère pas ses projets avec les «on va voir ce que ça donnera». M. Charlebois, vous parlez au nom de la municipalité de Saint-Ferdinand alors avant de faire les communications, veuillez svp prendre connaissance des projets.

Michel Vachon
Michel Vachon
2 mois

Monsieur Samson,
D’abord, il faut savoir que cette initiative est issue du Comité de promotion économique (CDPE). Internet haute vitesse n’est pas disponible partout sur le territoire de la municipalité. La réalité du marché du travail, quelque soit le secteur d’activité, requiert une connexion internet digne de ce nom. La pandémie a beaucoup accentué le télétravail. Le maire a annoncé cette nouvelle sans vraiment savoir de quoi il parle. Ce ne sont pas 12 espaces à bureau qui sont créés mais bien 3! Des travaux de peinture, du ménage, l’achat de 3 bureaux d’ordinateur et de 3 chaises ainsi que l’achat et la pose d’une toilette sont les coûts principaux associés à ce projet. Par ailleurs, une certaine partie des travaux a été assurée par des bénévoles du CDPE et c’est le CDPE bénévolement qui en assurera la gestion. En tout quelques milliers de dollars d’argent public. Deux personnes devraient louer et payer des frais de location dès l’ouverture prévue en septembre 2021. Et la promotion de cet espace n’est pas encore faite! Soyez assuré que le CDPE, qui compte la conseillère Clémence Nadeau dans ses rangs, ne veut en aucune façon gaspiller l’argent public, et partage cette valeur dont vous faites la promotion.
Michel Vachon
Président du CDPE

Claude Samson
Claude Samson
1 mois
Répondre à  Michel Vachon

Monsieur Vachon, effectivement 3 espaces à bureau n’est pas la même chose que 12, les coûts d’aménagement non plus. Ça fait bizare d’avoir un maire qui parle souvent à travers son chapeau et dont les conseillers s’empressent souvent à excuser au nom de la municipalité. Soyez assurer que je ne suis pas compte le projet mais de la mainière dont il a été communiqué, ça faisait très ordinaire.

Karl Xavier
Karl Xavier
2 mois

Monsieur Samson, le fait d’utiliser ce bâtiment était déjà prévu. Vous n’étiez pas à la consultation publique? Un fait est certain, vous êtes en train de devenir le chialeur professionnel du village, nous vous connaissons tous. Celui qui est contre tout ceux qui sont pour et pour tous ceux qui sont contre.

Claude Samson
Claude Samson
1 mois
Répondre à  Karl Xavier

Monsieur Xavier, si le fait de critiquer la méthodologie pour une prise de décision municipale me colle le titre de chialeux professionnel du village, je veux bien le prendre. Lorsque nous avons à gérer les fonds publiques les décisions doivent se prendre sur des bases qui généralement sont des analyses et on sur «on verra ce que ça donnera».