Un premier extrait francophone pour Wavery

Par Manon Toupin
Un premier extrait francophone pour Wavery
Wavery présente «Mégaphone», une première chanson en français. (Photo : gracieuseté)

Le groupe victoriavillois Wavery présente un premier extrait francophone. Intitulée «Mégaphone», la chanson est la première du groupe en français, mais pas la dernière.

C’est ce qu’a indiqué le bassiste de Wavery, Francis Nolet, en entretien téléphonique. Aussi, il a expliqué que le clip de cette chanson est disponible depuis vendredi (19 mars).

La chanson propose un texte introspectif sur la perte de la jeunesse et de ses convictions. «Marie, je ne sais plus qui je suis, le monde est en feu, mais je meurs d’ennui, ce soir du haut de ma tour d’ivoire, je ne reconnais pas l’homme dans le miroir.»

Jusqu’à maintenant, l’anglais était la langue utilisée par le groupe. L’arrivée de la COVID-19, l’an passé, a permis de faire une tentative en français que les cinq membres du groupe apprécient. «On se demandait quoi faire quand la pandémie a commencé. On a décidé d’écrire de la musique. On songeait au français depuis quelques mois, alors c’était le moment de l’essayer», note Francis.

C’est Nicolas Girardin qui compose les paroles et musiques pour le groupe. Ce dernier s’est donc lancé et a réussi à conserver l’essence de Wavery, malgré le changement de langue. Le résultat est très intéressant et pourra être entendu dans plusieurs radios québécoises (ce qui était plus difficile avec les chansons anglaises).

On peut donc dire que le groupe, qu’on peut entendre depuis 2017, prend un tournant vers le français, sans toutefois délaisser complètement l’anglais. Le prochain album, comme a confié Francis, pourrait bien être dans la langue de Molière. «On a eu un coup de foudre pour le français», indique-t-il.

Wavery a déjà un album à son actif et revient à la charge en changeant de langue, tout en conservant son identité sonore hindie rock.

Retour sur scène

Le dernier spectacle du groupe remonte au 13 mars 2020. Le groupe s’était rendu à Rimouski, dans la tempête, pour monter sur scène. «On a appris que pour les spectacles, c’était 250 personnes maximum, mais pour nous c’était correct. On a eu le temps de faire notre spectacle», se souvient Francis.

Puis en septembre, alors que la pandémie connaissait un ralentissement, ils ont pu aller en studio et enregistrer la chanson, juste avant de passer au rouge.

Aujourd’hui, les salles commencent à rouvrir et donnent espoir d’un retour devant public. «On espère pouvoir remonter sur scène durant l’été ou à l’automne», annonce-t-il. Les cinq membres du groupe (Gabriel Grenon, Pierre-Jean Moreau, Francis Nolet, Brian Quirion et Nicolas Girardin) ont pu, il y a quelques jours, se retrouver pour «jammer» ensemble, ce qu’ils n’avaient pu faire depuis plusieurs mois. «On joue dans des groupes depuis qu’on a 14,15 ans et nous n’avons jamais été aussi longtemps sans faire de musique», souligne Francis Nolet.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Comment
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Vincent Gagnon
Vincent Gagnon
29 jours

L’utilisation du mot hindie porte à confusion. Est-ce que c’est chanté en hindi ou en français? Peut être que wavery s’inspirent de la culture indienne? À suivre…