La MRC d’Arthabaska présente sa première Politique jeunesse

La MRC d’Arthabaska présente sa première Politique jeunesse
Un document de 44 pages (Photo : www.lanouvelle.net)

«Une jeunesse inspirée, un moteur de créativité!», voilà comment se nomme la toute Première politique jeunesse de la MRC d’Arthabaska, fruit d’une vaste consultation réalisée auprès des jeunes de 15 à 29 ans des 22 municipalités du territoire.

«En ce 20 novembre, journée mondiale de l’enfance, et comme nous sommes aussi dans la semaine des tout-petits, voilà une belle occasion d’écrire une page historique de notre MRC avec le dévoilement de la Politique jeunesse», a lancé, d’entrée de jeu, l’animatrice de la conférence, Anne-Sophie Marchand de Saint-Louis-de-Blandford, qui a fait partie du tout premier conseil jeunesse de la MRC en 2018-2019.

Cette politique correspond à la vision s’inscrivant dans la planification stratégique de la MRC à l’effet de s’assurer que tous les membres de la communauté puissent trouver leur place et s’exprimer. «Depuis l’adoption de la planification stratégique, la MRC d’Arthabaska est devenue la première au Québec à obtenir sa certification Amie des enfants. En 2019, la MRC s’est dotée d’une Politique des aînés. Aujourd’hui, plusieurs mois de travail sont couronnés par la présentation d’une première politique jeunesse», a souligné le préfet Alain St-Pierre lors d’une conférence de presse virtuelle, vendredi matin.

L’animatrice Anne-Sophie Marchand, l’élu responsable de la jeunesse à la MRC, Simon Boucher (en haut, à gauche) et le préfet Alain St-Pierre

Des efforts qui, a-t-il noté, permettent de miser sur l’inclusion de nos jeunes au développement de leur municipalité. «Aujourd’hui, nous démontrons, encore une fois, que tout le monde trouve sa place dans les 22 municipalités. Par les actions décrites dans cette politique, la MRC s’assure que les jeunes puissent prendre leur place au cœur des décisions», a confié le préfet.

Pour l’élu responsable de la jeunesse de la MRC, Simon Boucher, maire de Sainte-Clotilde-de-Horton, le dynamisme des jeunes constitue une belle fierté. «Les jeunes de la région représentent notre avenir. Demain, cette génération prendra les décisions importantes pour notre territoire. Cette politique aborde plusieurs enjeux, mais surtout, elle met l’accent sur l’importance du soutien apporté aux jeunes par tous les acteurs de notre milieu. Il nous revient donc de leur donner la parole et de les écouter, a-t-il exprimé. Le message que les jeunes doivent retenir, c’est qu’il y a une place pour eux dans nos 22 municipalités et que les élus sont plus que jamais engagés à tenir compte de leurs solutions dans leurs décisions politiques.»

La Politique jeunesse

Cette première Politique jeunesse découle d’une démarche menée au cours des deux dernières années et qui a permis de donner la parole à plus de 250 jeunes.

Des jeunes qui ont pu s’exprimer lors des conseils jeunesse, d’ateliers de documentation avec le Théâtre Parminou, du Sommet jeunesse de novembre 2019 et d’un sondage mené auprès des cégépiens.

La Politique jeunesse cerne différents enjeux et comporte un plan d’action prévoyant la réalisation de 20 actions au cours des années 2021, 2022 et 2023. «Ce plan s’articule autour de quatre axes principaux : le développement personnel et professionnel, l’environnement, l’implication sociale et les médias sociaux», a précisé François Gardner, agent de développement à la MRC.

D’ici le 30 juin, trois projets, issus du Sommet jeunesse, devraient se réaliser, dont l’éco mouvement visant la valorisation des actions environnementales et le projet main dans la main qui consiste en l’organisation de rencontres intergénérationnelles par favoriser les échanges entre les citoyens de tous âges.

Une «Semaine cyberdétox», par ailleurs, sera organisée. «Cinq jours consécutifs pour sensibiliser les jeunes et la population sur la  surutilisation des appareils électroniques et des médias sociaux», a fait savoir M.Gardner, ajoutant que le chargé de projet Christian Leclerc assurera la coordination de ces projets.

Les nombreuses autres actions figurant au plan triennal touche notamment à la culture comme moyen d’expression, le travail pour l’accès à l’acquisition des connaissances, le social communautaire, la reconnaissance d’initiatives jeunesse ayant une portée sur l’ensemble de la collectivité et le développement de l’identité et de la fierté territoriale par la mise en valeur de sites attrayants. «La MRC va toujours concrétiser ces projets avec le soutien des municipalités, des élus et en collaboration avec les acteurs jeunesse de notre territoire. De plus, on créera sous peu un comité de suivi ayant pour mandat de faire en sorte que les intentions se traduisent en réalisations», a assuré François Gardner.

La MRC d’Arthabaska dénombre quelque 11 500 jeunes âgés entre 15 et 29 ans, représentant 16% de sa population. Près du tiers des jeunes habitent dans la ville centre, Victoriaville.

La consultation de la Politique jeunesse et le visionnement de la capsule vidéo peuvent se faire à regionvic.to/jeunesse.

 

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Comment
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
BRAVO,
BRAVO,
8 jours

BRAVO , à la M,R,C. d’Arthabaska de prendre soin de cette belle jeunesse et cela serait intéressant d’avoir le beau logo de la M,R,C d’Arthabaska a chaque entrée du territoire de la M,R,C,d’Arthabaska pour que cette jeunesse soit encore plus fier de leur appartenance à leur région qui est leur, la M.R.C d’Arthabaska. BRAVO,