Louis Robitaille encense Tristan Luneau

Par Matthew Vachon
Louis Robitaille encense Tristan Luneau
Tristan Luneau et Louis Robitaille (Photo : Olympiques de Gatineau)

Certes, l’échantillon de quatre parties est encore mince, mais Louis Robitaille en a déjà vu assez pour savoir que son jeune protégé chez les Olympiques de Gatineau, le défenseur victoriavillois Tristan Luneau, a tout ce qu’il faut pour devenir un hockeyeur professionnel de haut niveau.

En quatre rencontres avant la mise sur pause des activités des formations québécoises de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), Luneau comptait deux passes, mais surtout un temps d’utilisation avoisinant les 25 minutes par rencontre tout en étant utilisé dans tous les aspects d’un match. «Il est plus qu’incroyable. Pour moi, c’était sans équivoque le choix numéro un du dernier repêchage. Je suis ébloui chaque jour que je le vois aller. Tristan est un professionnel dans l’âme. Il ne lésine pas sur les détails et il est extrêmement droit. On peut voir qu’il a été très bien élevé dans une famille de sportifs. Tristan est très mature et sérieux dans sa préparation. J’aime aussi l’équilibre qu’il a entre le hockey et les études. Il a maintenu une moyenne de 97% dans ses cours lors du premier mois d’activités de la ligue. Ça en dit beaucoup sur lui», a raconté l’ancien entraîneur-chef des Tigres de Victoriaville.

«À travers mes années dans le junior, je n’ai pas eu souvent la chance de travailler avec des choix de premier tour ou des joueurs de 16 ans. Travailler avec le tout premier choix, c’est une première pour moi. Quand je parle à Tristan pour lui apporter des correctifs, je n’ai pas l’impression de parler avec un jeune de 16 ans. Il apprend tellement vite», a-t-il ajouté.

Au cours de sa carrière d’entraîneur, Robitaille a eu la chance de travailler avec plusieurs hockeyeurs de haut niveau, notamment au sein du programme canadien. C’est cependant la première fois qu’il travaille avec un hockeyeur de ce niveau chaque jour qu’il entre à l’aréna. «Chaque athlète se développe à sa manière. Quand tu vois tout ce que fait ce jeune homme, tu vois pourquoi tout le monde le plaçait comme le premier choix. C’est pour ça qu’il est voué à une belle et longue carrière dans la Ligue nationale de hockey (LNH).»

Quand Luneau était amené à se comparer à un défenseur actuel de la LNH, il n’hésitait pas à mentionner le nom de Drew Doughty, un double champion de la coupe Stanley avec les Kings de Los Angeles et double médaillé d’or aux Jeux olympiques. Ironiquement, Luneau arbore également le numéro 8 que Doughty porte depuis le début de sa carrière et l’uniforme des Olympiques ressemble étrangement à celui des Kings. Robitaille assure que c’est un comparatif qui tient la route et il souhaite le voir se développer en un aussi féroce compétiteur que Doughty, soit un défenseur qui joue bien dans les trois zones de la patinoire et qui a un niveau de compétition élevé soir après soir.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires