Une artisane au grand coeur

Par Manon Toupin
Une artisane au grand coeur
Lucie Verville Belzile a, jusqu'à maintenant, fabriqué 926 masques et donné 854 de ceux-ci. (Photo : www.lanouvelle.net)

Lucie Verville Belzile a investi la salle à manger de la maison qu’elle habite avec son fils à Victoriaville. C’est là qu’elle fabrique sans relâche, depuis le mois de mars, des masques qu’elle donne à qui en a besoin.

Du haut de ses 90 ans, Lucie n’est pas du genre à demeurer inactive. Ainsi, quand la pandémie de la COVID-19 s’est pointé le bout du nez en mars, elle s’est mise dans la tête de fabriquer des masques. À ce jour, celle qui est originaire d’Arthabaska en compte 926 confectionnés (elle conserve des statistiques) et 854 donnés. «Une seule fois, un monsieur a laissé 20 $ sur la table et je l’ai remis à la Sécurité alimentaire», explique-t-elle. Selon elle, un masque reçu en cadeau a davantage de valeur qu’un autre acheté. «Au début, quand je voyais des gens qui n’avaient pas de masque (avant qu’ils ne soient obligatoires), je leur en offrais un à condition qu’ils s’engagent à le porter», a-t-elle indiqué. Déjà, à ce moment, Lucie se doutait bien qu’on en aurait pour un bout de temps à devoir porter le couvre-visage.

Pour elle, il était aussi important, et ça l’est encore aujourd’hui, de faire sa part dans cette pandémie et c’est la façon qu’elle a trouvée de se rendre utile.

Quand elle a commencé, en mars, elle était confinée dans ses quartiers, dans la même maison que son fils. Plus question de faire du bénévolat au Carrefour d’entraide bénévole, où elle oeuvrait dans le service «Doigts de fées» ou d’aller à l’AFEAS. Même si Lucie aime bien jouer au scrabble ou écouter de la musique, à un moment donné, il lui a fallu trouver de quoi s’occuper et c’est alors qu’elle a pensé aux masques.

Pour commencer, elle s’est lancée dans le projet afin d’en fournir à ses enfants et petits-enfants. Puis, elle a élargi le cercle avec ses frères, sœurs, beaux-frères et belles-sœurs, puis aux amis.

Le 27 mai, elle a envoyé deux exemplaires au premier ministre François Legault et à sa conjointe Isabelle, portant les numéros 108 et 109. Quelques jours plus tard, elle a reçu une lettre du premier ministre la remerciant du travail accompli. Un bel honneur pour elle, si bien qu’elle a l’intention de lui retourner les numéros 999 et 1000 de sa production (au rythme où elle va, c’est pour bientôt). Elle a également envoyé les numéros 110 et 111 au docteur Arruda, dont elle n’a pas eu de réponse. Pour les autres, elle trouve toujours preneur en donnant en moyenne cinq par jour.

Une dépense

Si elle donne ses masques, elle doit trouver du tissu et des élastiques pour les réaliser. Lucie a déjà utilisé des rideaux, nappes ou autres pour ses créations, mais bénéficie aussi de dons de personnes qu’elle connaît. Aussi, elle se rend régulièrement au Support de Victoriaville, où elle achète à bas prix des chemises presque neuves qu’elle transforme avec ses doigts de fée en deux modèles de masque.

Elle met environ 25 minutes pour réaliser chaque couvre-visage artisanal. Mais elle en fait six ou sept à la fois. «C’est le découpage qui me fatigue le plus», confie-t-elle. Mais cela ne l’empêche pas de poursuivre sa besogne et d’investir aussi en tissu, élastiques ou frais postaux pour les envoyer. «Mais je ne bois pas, ne fume pas et ne couraille pas non plus», dit-elle en riant. Sur sa table, on peut même voir des masques aux couleurs de Noël, qu’elle prépare pour la saison festive.

Une vie remplie… d’artisanat

Lucie Verville Belzile est une femme active. Lorsqu’elle se lance dans quelque chose, elle y va à fond, comme en témoignent les nombreux masques confectionnés. Pour ce qui est de l’artisanat, elle en a fait toute sa vie et a même, à une époque, été professeure d’arts plastiques.

Puis, après avoir été dame de compagnie pour les quintuplées Dionne (pendant six mois lorsqu’elle avait 20 ans), Lucie est devenue religieuse. Elle a quitté les ordres en 1964, s’est mariée une année plus tard et a eu deux enfants.

Mais l’artisanat n’a jamais été loin d’elle puisqu’en 1970, elle a animé, pendant quatre ans, une émission de télévision à TV4 intitulée «De tout de tous». «L’émission était tournée à Québec et on faisait toute sorte de bricolages», explique-t-elle. Par la suite, à TV7 Sherbrooke, elle a animé une autre émission pendant deux années où elle enseignait différentes techniques, dont le macramé.

Entre-temps, en plus d’élever ses enfants, elle a trouvé le temps de tenir, à Saint-Ferdinand, une boutique d’artisanat. Une vie bien remplie qu’elle a consignée dans sa biographie, dont elle continue de noircir des pages, notamment avec les masques qu’elle fabrique actuellement.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
10 Comments
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
ludovic
ludovic
1 mois

bravo ma chere mme Lucie pour votre implication dans cette communauté dans le besoin !

Jonathan Rioux
Jonathan Rioux
1 mois

Mme Belzile, votre vitalité et votre générosité sont source d’inspiration pour nous tous!
Jonathan Rioux, travailleur de milieu auprès des aînés

Laurette
Laurette
1 mois

Bravo Madame Verville je vous reconnais de ST Ferdinand autrefois . Merci pour tous les belles choses vous un grand talent .

Chantal
Chantal
1 mois

Merci Mme verville, vous êtes inspirante, ça fait du bien de vous lire!

Geneviève
Geneviève
1 mois

Vous êtes une Grande Dame, Mamy Lucie !
Je vous salue et j’honore votre geste remplie d’Amour.
Xxx

Johanne
Johanne
1 mois

Bravo une bricoleuse née.Crée c’est la santée.Une admiratrice du N.B. Johanne

Cécile Lainesse
Cécile Lainesse
1 mois

Félicitation Madame vous avez un grand coeur

Marielle Péloquin
Marielle Péloquin
1 mois

Madame vous êtes-vous un modèle à suivre, en plusieurs points, dont l’intelligence de vous occuper tout en partageant avec la communauté.
Merci de votre inspiration.

Suzanne St-Gelais
Suzanne St-Gelais
1 mois

Féliciation xxx

Julie L.
Julie L.
1 mois

Bonsoir md Verville
Félicitation pour votre générosité j’admire bcp une personne comme VOUS
Autrefois je suis déjà allé à votre boutique à St Ferdinand
Maintenant j habite au Panama
Je visionne le journal la nouvelle union par internet
Ici le masque est obligatoire partout depuis mars au début de la pandémie
Bonsoir
Prenez bien soin de vous
Merci
Julie Labbé 🇨🇦🇵🇦