Inovem : importante croissance en recherche appliquée

Inovem : importante croissance en recherche appliquée
Le robot collaboratif, l'un des exemples de ce à quoi sert la recherche appliquée. (Photo : www.lanouvelle.net)

En cinq ans, le budget accordé aux activités de recherche appliquée du Centre d’innovation en ébénisterie et meuble Inovem a connu une forte croissance, passant de moins de 20% à 63% du chiffre d’affaires de ce centre collégial de transfert de technologie au service des industries du meuble et de l’ébénisterie.

«Il y a cinq ans, avant l’élaboration du plan stratégique actuel, un des éléments reprochés au centre concernait justement la faible proportion accordée à la recherche», a indiqué, d’entrée de jeu, le directeur Martin Demers en présentant le plan de travail 2020-2021 aux membres de conseil d’administration du Cégep de Victoriaville

Le directeur Martin Demers (Photo Archives)

Martin Demers n’a pas manqué non plus de souligner l’arrivée d’un nouveau coordonnateur dans l’équipe, Bernard Lefrançois, dont la nomination a été annoncée récemment. «Il amène son dynamisme. C’est une acquisition dont on va se réjouir pendant longtemps», a-t-il exprimé.

Vidéos à l’appui, le directeur a ensuite présenté deux exemples de ce que réalise concrètement Inovem : un robot collaboratif et la réalité mixte.

Dans l’industrie 4.0, le robot collaboratif, a-t-il noté, constitue un précieux outil, particulièrement en ce temps de pandémie avec la distanciation physique nécessaire dans les lieux de travail et la difficulté de recrutement. «Ce sont de petits robots qu’on peut déplacer et mettre partout, a-t-il expliqué. Ils ne sont pas dangereux. Ils possèdent des senseurs faisant qu’ils s’arrêtent automatiquement en présence d’obstacles. Ils sont totalement sécuritaires.»

Le centre va plus loin avec un rail en commande de façon à pouvoir déplacer le robot. «Celui-ci peut agir comme troisième main pour un travailleur qui ne peut être accompagné d’un autre en raison de la proximité. Le robot peut ainsi aller déplacer des objets et effectuer des tâches qui n’ont pas de valeur ajoutée. Il peut se déplacer d’un poste de travail à un autre», a fait savoir Martin Demers.

On peut notamment munir le robot de pinces, par exemple, pour manipuler des objets, ou de ventouses pour soulever des planches, les positionner.

Inovem a déjà deux contrats signés avec des entreprises pour une évaluation en vue de l’implantation de cette technologie.

En réalité mixte, Inovem a inauguré un laboratoire l’an dernier, a rappelé le directeur, qui a proposé ensuite une vidéo, tournée pendant le confinement, par un chargé de projet sur sa table de travail où il a simulé l’installation d’un comptoir de cuisine.

Présentation vidéo de la réalité mixte (Photo www.lanouvelle.net)

«Avec des images, on peut virtualiser des espaces de travail qu’on utilisera dans le futur, par exemple, sur le design des prochaines cuisines. Nous, ce qu’on fait, a fait savoir M. Demers, on numérise différents aspects de l’entreprise, différents types de comptoir, différents types de matériaux. C’est de cette façon que l’entreprise veut vendre ses différents produits avec une soumission qui sort automatiquement.»

Avec ces deux exemples, Martin Demers a voulu démontrer l’importance de la recherche et ce à quoi elle sert notamment.

«Je trouve cela très intéressant. La présentation vidéo a mis de la viande autour de l’os en présentant des trucs concrets», a commenté la présidente du CA, Virginie Bonura.

«Le robot, c’est un «must». Je suis vraiment content de voir que ça se passe ici au Cégep. Dans les 10 prochaines années, on va en voir partout de ces petits robots-là», a observé Miguel Lavertu, membre du conseil d’administration.

Inovem compte près de 40 ans d’histoire. Fondé en 1983, il a été l’un des premiers centres collégiaux de transfert technologique reconnu au Québec. Inovem a pour mission d’accroître la productivité et la compétitivité des entreprises du secteur de l’ébénisterie, de l’ameublement et des produits d’apparence en bois sur la scène nationale et internationale.

Les actions du centre portent sur l’ensemble des procédés de gestion, de conception ou de fabrication, du séchage du bois jusqu’à la finition des produits.

 

Partager cet article

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des