Jardinons!

Communiqué
Jardinons!
Serge Fortier (Photo : Archives)

L’année 2020 restera bien gravée dans l’histoire de l’humanité. La pandémie de la COVID19 et les mesures sanitaires à prendre pour ralentir sa progression nous obligent à réduire les voyages et à réduire les contacts entre personne.

Il va sans dire que les mesures de distanciation sociale sont malheureusement nécessaires. Toute cette situation exceptionnelle contribue à faire monter le niveau de stress et les inquiétudes dans la population.

Avec les nouvelles règles concernant la fermeture de toutes les entreprises non considérées comme des services essentiels, plusieurs se posent la question : Qu’adviendra-t-il de la saison de jardinage qui approche?

Pourtant, il s’agit d’une activité très bénéfique pour faire baisser le stress, car elle se pratique chez soi, en cette période de confinement forcé.  Même les sociétés d’horticulture et d’écologie n’y échappent pas. Combien de conférenciers voient leurs contrats s’annuler l’un après l’autre. Je fais partie de ceux-là, me retrouvant sans revenu en cette période la plus occupée de la saison. Mais il faut ce qu’il faut dans les circonstances et prendre notre mal en patience.

La vie continue. Elle se doit de continuer, différemment certes, alors il faudra être créatif et résilient. Mais il y a une chose qui ne change pas, c’est le besoin de manger et d’être en contact avec la terre et je me dis que c’est là que les amants du jardinage y trouveront leur compte et pourront apaiser le stress que nous fait vivre cette situation inhabituelle dans nos vies.

Il n’y a rien de plus intéressant que de voir pousser nos petits semis, de repiquer ceux-ci et de les transplanter dans le jardin le moment venu! C’est pour moi le meilleur remède pour le corps et l’esprit! Le fait d’être sans emploi fera que cet été, j’aurai un jardin garni comme jamais auparavant! Moins de sous dans les poches, mais des fruits et légumes et des conserves plein la chambre froide et les congélateurs, quel bonheur!

L’activité du jardinage est une activité qu’on peut faire chez soi, seul, avec son conjoint et avec ses enfants. Pourquoi ne pas en profiter pour vivre l’expérience d’un petit poulailler? C’est très facile à garder et de plus les poules sont un bon moyen de valoriser les restants de cuisine, tel les pelures ou fruits et légumes défraîchis. Au lieu de mettre cette ressource au composteur qui prendra des mois à être recyclé, vous valorisez cette ressource du jour au lendemain en récoltant de bons œufs frais les jours suivants.

Bref, explorez ce loisir qu’est le jardinage, si ce n’est déjà fait. Beaucoup d’entre vous ont quelque chose actuellement que vous n’aviez pas avant ce confinement; du temps! Commandez quelques semences par Internet et faites vos semis avec les enfants. Plusieurs petites entreprises au Québec peuvent vous fournir. Ou encore, procurez-vous un bon livre sur le sujet afin d’occuper ces mois de confinement. Il en existe des bons qui vous feront apprécier le jardinage. Par exemple, je pense à ces deux livres aux titres inspirants : – Pelouse, jardin et aménagement, huit principes naturels pour cultiver sans effort! et : -Zéro mauvaises herbes, c’est possible! Encourageons les petites entreprises familiales dans le domaine et profitons de ce passe-temps merveilleux qu’est le jardinage.

Restons positifs! Il y en a des biens pires que nous. Pensons à ceux et celles qui n’ont même pas la possibilité de jardiner et qui n’ont même pas accès à un jardin communautaire, des fleurs autour de chez eux ou des fruits et légumes frais et sans pesticides. Dans les circonstances, je crois que nous, les amants de la nature, sommes choyés!

Bonne saison de jardinage!

Serge Fortier EPCC
Consultant en jardinage écoresponsable
Auteur et conférencier
Jardinier professionnel

 

Partager cet article

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des