Victo et Princeville unissent leur force en sécurité incendie

Victo et Princeville unissent leur force en sécurité incendie
Dans l'ordre, le directeur du service de la sécurité publique de Victoriaville, Martin Leblond, le coprésident de l'ACSIQ, Jean Melançon, le directeur du service de sécurité incendie de Princeville, Christian Chartier, ainsi que les maires de Victoriaville et Princeville, André Bellavance et Gilles Fortier (Photo : www.lanouvelle.net)

Victoriaville et Princeville ont fait part, mercredi après-midi, d’une entente qualifiée «d’historique» leur permettant de mettre en commun leurs ressources en sécurité incendie. Une union des forces, certes, tout en maintenant l’indépendance et l’autonomie de chacun des services de sécurité incendie.

De nombreux pompiers ont participé à cette annonce, tout comme les maires de Victoriaville et de Princeville, André Bellavance et Gilles Fortier, réunis au poste de pompiers Fernand-Giguère, aux côtés des directeurs des services incendie, Martin Leblond (Victoriaville) et Christian Chartier (Princeville).

Il s’agit, ici, d’un projet pilote d’une durée d’un an que les autorités évalueront, mais qu’on souhaite voir perdurer.

Le maire André Bellavance (Photo www.lanouvelle.net)

À l’origine d’un tel partenariat, les nombreux enjeux et défis auxquels font face les municipalités : l’augmentation de la population qui amène plus de besoins, le développement des territoires et le manque de main-d’œuvre. «Victoriaville et Princeville font face aux mêmes enjeux. Et on a trouvé une solution : la mise en commun de nos ressources dans le but d’améliorer la qualité des services aux citoyens», a indiqué le maire André Bellavance, tout en se disant confiant que «cette collaboration portera ses fruits en raison des nombreuses similitudes entre les deux municipalités», évoquant, en ce sens, l’entraide, la vision, l’organisation du travail, le mode de gestion et la cohésion des équipes.

Même son de cloche du côté du maire de Princeville, Gilles Fortier. «Nos organisations ont beaucoup en commun, a-t-il noté. Je suis convaincu que nos nombreuses similitudes permettront un partenariat optimal.»

Gilles Fortier, maire de Princeville (Photo www.lanouvelle.net)

Princeville entend poursuivre le chemin qu’elle emprunte depuis des années. «Au fil des ans, a poursuivi le maire Fortier, notre service incendie s’est beaucoup développé et structuré. Le projet permettra aux deux villes de maintenir les plus hauts standards en sécurité incendie.»

Aux craintes que pourrait avoir la population, le maire Fortier se fait rassurant. «Il y aura toujours deux services distincts. Princeville demeure responsable de son personnel, de ses équipements, de ses biens, de sa caserne», a-t-il assuré, disant croire aussi que cette initiative saura en inspirer d’autres dans un avenir rapproché «pour faire face de façon efficace aux enjeux».

Travailler ensemble de la même façon

Le mise en commun des ressources, en fait, a pour but que le personnel travaille ensemble, et de la même façon. «Que les gens apprennent à se connaître, à s’entraîner ensemble. Il faut qu’on ait les mêmes méthodes de travail pour que, lorsqu’on intervient à Victoriaville ou à Princeville, on le fasse dans le même système de gestion d’intervention. Il ne s’agit pas de prendre la place de l’autre. On veut s’entraider, être complémentaire pour assurer les services à la population», a fait valoir le directeur du service de la sécurité publique de Victoriaville, Martin Leblond.

Par exemple, les deux services pourraient tous deux répondre à un appel pour un incendie de ferme sur la route 116 entre les deux villes.

Le récent incendie sur le rang Lainesse, a-t-on fait valoir, a démontré l’efficacité d’une intervention rapide. Le camion-citerne de Princeville a été dépêché, dès le départ, assurant ainsi une bonne quantité d’eau. «Ça a permis de sauver le bâtiment», a soutenu le directeur Leblond.

En fonction du niveau de risque qu’amènent une usine, une école, une résidence pour aînés, par exemple, un véhicule d’élévation (camion-échelle) de Victoriaville se dirigerait rapidement vers Princeville.

Cette collaboration entre les deux villes représente une «innovation» nécessaire dans le contexte actuel. «Avec les défis que représentent les changements climatiques générant beaucoup d’appels, l’augmentation de la population et le difficile recrutement de la main-d’œuvre et la disponibilité des ressources, on a besoin d’innover», a soutenu M. Leblond.

C’est ce que croit aussi Christian Chartier, directeur du service de sécurité incendie de Princeville. «Il faut savoir s’ajuster et innover pour attirer de nouveaux pompiers et les garder», a-t-il exprimé.

Il se réjouit de la concrétisation de ce projet pilote qui  mise sur «la mise en commun de nos expertises, nos connaissances et nos expériences dans un seul but : rendre des services à la population de plus en plus performants».

Un comité intermunicipal a été mis en place. Tous les trois mois, il y aura une reddition de compte. «Pour aiguiller les conseils municipaux et s’assurer que le système fonctionne bien, car nous souhaitons en arriver à un mariage qui aille bien à long terme», a souligné Martin Leblond.

Jean Melançon de l’ACSIQ applaudit cette collaboration en matière de sécurité incendie. (Photo www.lanouvelle.net)

L’association des chefs applaudit

Présent à la rencontre, le coprésident de l’Association des chefs en sécurité incendie du Québec (ACSIQ), Jean Melançon, a salué cette initiative qui le ravit. «Vous innovez, a-t-il commenté. Il s’agit d’une innovation qui est gage de succès».

L’ACSIQ prône, a-t-il noté, certains regroupements pour relever les nombreux défis. «Mais il existe différentes façons de faire. Nous saluons votre projet qui s’avérera gagnant pour les services aux citoyens», a-t-il conclu.

Partager cet article

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Frema Recent comment authors
  Subscribe  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Frema
Invité
Frema

Faites attention avec le temps on va demander avec eux de fusionner la ville pour leur donner plus de poids pour leurs besoins personnels comme ça s’est passé avec Arthabaska