Entre déception et fierté

Par Matthew Vachon
Entre déception et fierté
Guillaume Ouellet (Photo : Twitter/Felix A Lapointe)

Si on ne parle que du résultat, une 4e place n’est jamais pleinement satisfaisante. Cependant, compte tenu des circonstances, la 4e position du Victoriavillois d’adoption Guillaume Ouellet lors de la course du 5000 mètres aux Championnats du monde de para-athlétisme est une victoire morale. 

Lors de l’épreuve, Ouellet a pris le contrôle des choses à la mi-course pour procéder à un écrémage du groupe de 12 coureurs. À deux tours de la fin, le Russe Aleksandr Kostin s’est installé aux commandes de l’épreuve, mais il n’a conservé sa place que pendant un seul tour, étant dépassé par l’éventuel vainqueur, l’Australien Jaryd Clifford. Celui-ci est alors passé en cinquième vitesse pour finalement l’emporter en 14:40.40. L’Espagnol Yassine Ouhadi El Ataby a, pour sa part, pris le second rang de l’épreuve, terminant un peu moins de deux secondes derrière Clifford. Après avoir repassé Kostin dans le dernier tour, Ouellet a finalement été dépassé dans la dernière courbe par le Russe. Il a bouclé les 5000 mètres en un temps de 14:45.63.

Victime d’une blessure aux ischiojambiers qui lui a fait craindre la fin prématurée de sa carrière, Ouellet se montrait donc heureux de ce qu’il avait accompli sur la piste d’athlétisme de Dubai aux Émirats arabes unis, lieu de la compétition. «C’est quand même satisfaisant. Mes attentes étaient beaucoup plus élevées. Plus ma saison avançait, plus mes espoirs augmentaient. J’espérais vraiment décrocher une place sur le podium. Lors de la course, j’étais quand même bien et j’étais dans une bonne position. Être encore là dans le dernier tour et se faire dépasser à 150 mètres de la fin est un peu crève-cœur. Ça fait partie du jeu. Les deux derniers kilomètres ont été très rapides. Il m’en manquait un petit peu. Ma préparation n’a pas été superbe en raison de ma blessure. J’avais un petit peu moins de vitesse dans le dernier tour et j’ai eu de la difficulté à vraiment terminer fort. Il n’en manquait pas beaucoup», a-t-il estimé.

Pour l’athlète des Bois-Francs, cette épreuve était la dernière d’une saison en montagnes russes. En 2019, il a dû soigner sa blessure, mais il a également été en mesure de rafler l’or au 5000 mètres des Jeux parapanaméricains. «En prenant du recul, je pense que j’ai réussi à sauver les meubles. Mon objectif au début de la saison, quand ça n’allait pas très bien, était de revenir pour les Mondiaux. Je voulais avoir un niveau intéressant, bien que je savais que je ne serais pas à mon meilleur niveau. La performance que j’ai livrée ici prouve que c’est quand même réussi. Dans l’immédiat, c’est un peu fâchant, car j’en voulais plus. Ça demeure quand même une belle campagne considérant tout ça.»

Ouellet profitera de la saison morte pour soigner une petite blessure au pied. Il se tournera ensuite vers une saison 2020 qui s’annonce des plus intéressantes avec la tenue des Jeux paralympiques à la fin du mois d’août.

Partager cet article

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des