Victoriaville, il est temps pour toi de te réinventer

Tribune libre
Victoriaville, il est temps pour toi de te réinventer
(Photo : Archives)

Ma chère Victoriaville, Statistiques Canada dit de toi (et des environs), dans son recensement datant de 2016, que tu es une région québécoise tout ce qu’il y a de plus semblable aux autres. Région administrative du Centre-du-Québec numéro 17, population largement francophone, non immigrante et bordée de grands champs.

Un portrait somme toute assez classique de la ruralité québécoise, il faut bien se l’avouer. Statistiques Canada dit peut-être de toi que tu es plutôt banale, mais te rappelles-tu du temps où tu étais audacieuse? Quand les autres te regardaient aller, admiratifs, curieux et même inspirés. On dit quand même de toi que tu es le berceau du développement durable, alors j’imagine que tes actions passées en sont pour quelque chose, non?

Berceau du développement durable parce qu’on te devait, entre autres, cet astucieux système de recyclage qui montre aujourd’hui de plus en plus ses limites dans un monde plus globalisé que jamais. Ce système jadis visionnaire prend aujourd’hui de plus en plus des airs de grande illusion.

Est-ce un signe? Je crois bien que oui.

Les temps ont bien changé et à t’enliser toujours plus dans un immobilisme vaseux, tu risques d’y sombrer. Il est temps pour toi de te réinventer. D’aspirer à être toujours plus. De revendiquer fièrement, tête haute, ce qui te rendait unique, originale sans pour autant te reposer dans ce berceau. Tu as été précurseure, inspirante et à l’avant-garde à une époque où l’environnement ne préoccupait pas grand monde. Maintenant, on en parle beaucoup plus et les nouvelles idées tendent peut-être plus à nous montrer la voie de la décroissance que du développement durable.

Je ne veux pas te faire peur, mais tu risques bien d’être dépassé bientôt (si tu ne l’es pas déjà), cher berceau du développement durable. En écrivant ces mots, je sais que ma plume écorche tes oreilles et érafle au passage ton ego. C’est rugueux à entendre, je sais, mais si je te le dis, c’est bien parce que je t’aime.

Le 27 septembre, les citoyen.nes sont invité.e.s à manifester chez toi, devant ton Cégep. Porte cette idée d’un changement nouveau, crie fort dans la rue Changeons le système, pas le climat! Je sais que tu te souviens encore de l’euphorie grisante de ta première manif, de l’émergence d’un sentiment de nous, de collectif. Et de la certitude qu’ensemble, il était possible de tout accomplir.

Le 27 septembre, j’ai envie de t’y voir parce que je suis persuadée que tu peux te réinventer et qu’ensemble, on peut rêver à de beaux projets collectifs et les faire naître.

C’est un rendez-vous. À 13 h, devant le Cégep.

Alysée Lavallée-Imhof

 

Partager cet article

4
Poster un Commentaire

avatar
4 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
3 Comment authors
FranceDenis GélinasDiane Recent comment authors
  Subscribe  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Diane
Invité
Diane

Tellement un beau texte, écrit avec justesse et bienveillance pour l ‘ être encore bien endormi dans son berceau …du développement durable
bravo!

Denis Gélinas
Invité
Denis Gélinas

Moi, j’y serai les jeunes !
Bravo, bon travail !
Denis
66 ans

France
Invité
France

J’y serai sans faute! Il est important de signifier à nos dirigeants des trois paliers de gouvernement qu’il est urgent de faire un virage à 180 degrés dans nos modes de vie, nos modes économiques et nos méthodes de partage de la richesse.

trackback

[…] On le sait. Victoriaville serait-elle devenue la Belle au bois dormant durable? À lire le texte d’Alysée Lavallée-Imhof, cette semaine, on serait porté à le croire. Victoriaville semble vivre de ses rentes. Créer des […]