Urgence de nuit à Fortierville: les infirmières prendront la relève

Stéphane Lévesque
Urgence de nuit à Fortierville: les infirmières prendront la relève
Nathalie Boisvert, à gauche sur la photo, est directrice des services ambulatoires et des soins critiques au CIUSSS Mauricie-Centre-du-Québec. (Photo : Stéphane Lévesque)

Comme l’avait annoncé en primeur le Courrier Sud plus tôt cette semaine, le CLSC de Fortierville n’offrira plus de service d’urgence de nuit. En contrepartie, une offre de service renouvelée a été présentée. Elle entrera en vigueur le 2 septembre.

On parle, entre autres, d’un projet pilote de télésanté de minuit à 8 h, du lundi au vendredi, de la création d’un groupe de médecine de famille qui vise l’ajout de près de 300 plages de rendez-vous, et d’une augmentation du nombre d’heures dédiées aux soins infirmiers et au service d’imagerie médicale.

En conférence de presse jeudi, à laquelle prenaient part de nombreux maires de la MRC de Bécancour et différents intervenants du monde de la santé, le député de Nicolet-Bécancour, Donald Martel, s’est dit soulagé devant cette avenue.

«Je suis soulagé. On ne va pas en politique pour fermer des urgences. Mais il y a une réalité implacable concernant les médecins. On a travaillé sur comment on pouvait compenser avec des services à la population adaptés à la réalité rurale. C’est ce qu’on a fait avec les municipalités et le CIUSSS», a-t-il déclaré en soulignant à grands traits la qualité du travail effectué.

À savoir s’il y a une réflexion plus profonde à faire sur les facteurs qui causent la pénurie de médecins et comment la contrer, le député de Nicolet-Bécancour a rappelé que son gouvernement avait obtenu des concessions des médecins concertant les actes médicaux que peuvent maintenant effectuer les infirmières.

Concernant le projet pilote de télésanté, Donald Martel a précisé qu’il n’hésiterait pas à se rendre à un CLSC où un médecin est disponible en visioconférence. «L’infirmière peut prendre mes signes vitaux et on peut avoir l’opinion d’un médecin. C’est très sécurisant. Je n’aurais pas peur du tout».

De son côté, le préfet de la MRC de Bécancour, tout en reconnaissant que la population avait clairement exprimé sa volonté d’avoir accès à un médecin 24 heures sur 24 lors de l’assemblée qui s’est tenu l’église de Fortierville le 29 avril dernier, s’est fait rassurant.

«Je ne suis pas déçu de l’annonce d’aujourd’hui. On maintient un service de base, on voulait avoir quelqu’un qui pouvait accueillir les gens la nuit. Avec les infirmières, je ne suis pas inquiet. Mais on va veiller au grain. Les élus, on est là pour surveiller ça», s’est engagé Mario Lyonnais.

LES GRANDES LIGNES DU PROJET

Nouveau Groupe de médecine de famille (GMF)

Il permettra l’ajout de près de 300 plages de rendez-vous par mois et une meilleure accessibilité au niveau des services de soins infirmiers courants. Ceux-ci seront dorénavant ouverts 35 heures par semaine, soit une bonification des heures de présence infirmières de plus de 10 heures.

Les heures d’ouverture du service d’imagerie médicale seront aussi augmentées, passant de 54 h à 69 h par semaine. Quant au transport ambulancier, il sera maintenu 24 h sur 24, 7 jours sur 7 sur le territoire, incluant des déplacements des ambulances du domicile vers le Centre Fortierville lors de l’ouverture de l’urgence et vers des centres hospitaliers spécialisés de minuit à 8 h, selon les corridors de service.

Projet pilote de télésanté

De minuit à 8 h le matin, du lundi au vendredi, si des usagers se présentent au Centre Fortierville, ils seront évalués par le personnel infirmier en place. Au besoin, ils pourront avoir un accès à un médecin à distance. Pour ce faire, on utilisera la télésanté, un système qui permet, à l’aide de la technologie, de communiquer à distance avec un médecin pour avoir son avis. Ce sont les médecins du service de l’urgence du Centre Christ-Roi, situé à Nicolet, qui offriront la couverture médicale à distance.

 

Partager cet article

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des