Maxime Pellerin : une première immersion dans l’univers de Hockey Canada

Par Matthew Vachon
Maxime Pellerin : une première immersion dans l’univers de Hockey Canada
Maxime Pellerin, en bas à gauche, a passé la semaine en compagnie de l’équipe des Blancs, l’une des six formations dans lesquelles 112 joueurs invités étaient répartis. (Photo : Murnaghan Photo)

De passage à Calgary afin de prendre part au camp d’Équipe Canada chez les moins de 17 ans, Maxime Pellerin a vécu sa première expérience au sein du programme national.

«C’est un gros monde celui de Hockey Canada. Tu vois qu’en côtoyant tous ces gars, il y a d’autres bons joueurs dans les autres provinces. C’est plaisant de voir ça. Nous avons aussi été traités comme des professionnels, que ce soit avant ou après les parties, à l’hôtel ou en considérant les installations qu’il y a là-bas. Ça donne le goût d’y retourner», a souligné l’espoir des Tigres de Victoriaville.

Au cours de la semaine complète passée à Calgary, Pellerin a disputé deux rencontres avec Équipe Canada Blancs. Au cours de la première partie, les Blancs l’ont emporté 3 à 2 contre les Bleus tandis que dans le second duel, l’équipe de Pellerin l’a de nouveau emporté au compte de 3 à 2, face aux Noirs cette fois. S’il n’a pas noirci la feuille de pointage, le Victoriavillois demeure satisfait de ce qu’il a offert comme jeu, ce qui a trouvé écho chez les entraîneurs présents là-bas. «Je suis satisfait. J’ai donné mon 100% à tous les matchs. Je ne suis peut-être pas apparu sur la feuille de pointage, mais je crois avoir fait de bonnes choses sur la patinoire. […] Ça a bien été avec les entraîneurs. Je n’ai pas eu de rencontre avec eux à la fin du camp, mais ils m’ont rencontré pendant la semaine et ils m’ont dit que ça allait bien. Ils aimaient mon attitude et le fait que je parlais beaucoup même si c’était un milieu anglophone. Je suis content de ça.»

Bien que ces jeunes joueurs, majoritairement âgés de 16 ans, risquent de devenir de futurs coéquipiers, ça n’a pas empêché de voir un haut niveau de robustesse lors des parties. «Ça a été physique. J’ai été surpris à la première partie, car ça faisait longtemps que je n’avais pas joué. J’étais content de voir ça. Ça brassait et ça bataillait fort. Ce n’était pas un camp d’été. Les joueurs se battaient pour ressortir avec la rondelle, pour gagner.»

Optimisme prudent

Même s’il juge qu’il a livré du bon hockey, Pellerin fait preuve d’un optimisme prudent lorsque questionné par rapport à ses chances de se retrouver au sein de l’une des trois formations canadiennes qui prendront part au Défi mondial des moins de 17 ans. «C’est difficile à dire pour le moment. Ce que je sais, c’est que j’ai donné tout ce que je pouvais sur la patinoire. Si les dirigeants n’ont pas aimé le joueur qu’ils ont vu, tant pis. Nous allons voir à la mi-octobre. Je devrais avoir des nouvelles à ce moment. Si je ne fais pas l’équipe, ça ne sera que partie remise. Je travaillerai plus fort pour l’autre étape. Si je suis retenu, j’irai faire un tournoi international.»

C’est quelque part au mois d’octobre que Pellerin saura s’il a été retenu. Le tournoi est disputé du 2 au 9 novembre du côté de Medicine Hat en Alberta et de Swift Current en Saskatchewan.

 

Partager cet article

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des