Les chapeaux font tourner les têtes à Warwick

Photo de Manon Toupin
Par Manon Toupin
Les chapeaux font tourner les têtes à Warwick
Des chapeaux pour tous les goûts, à faire tourner les têtes. (Photo : www.lanouvelle.net)

Une quarantaine de chapeaux et leurs accessoires sont exposés à la Maison de la culture de Warwick le temps de trois fins de semaine. Une occasion, avec cette exposition intitulée «Tête à chapeaux», de se rappeler celle qui a été chapelière de nombreuses années à Warwick, Adèle Marchesseault.

Mlle Marchesseault, que plusieurs Warwickois ont connue, a fait la pluie et le beau temps à titre de modiste dans la municipalité. Le Comité culturel de Warwick, appuyé de la Société d’histoire de Warwick, a voulu mettre l’accent sur cette femme et aussi raconter son histoire dans le cadre de cette exposition.

Il faut dire que Mlle Marchesseault, qui est décédée à 101 ans et 10 mois a tenu commerce pendant 65 ans dans sa maison où est installé depuis 2001, la Place du Major-Yannick-Pépin, a marqué son époque.

C’est elle qui a amené ses frères et sœurs à s’installer à Warwick en 1908. En effet à 22 ans, elle y est venue, après en avoir entendu parler dans le journal La Presse. Elle n’a pas tardé à ouvrir sa boutique de chapeaux et accessoires à la mode du temps.

Les dames du coin sont venues s’y coiffer pendant 65 ans, le chapeau étant un incontournable de la tenue vestimentaire dans ces années-là. D’ailleurs, il a toujours su ajouter une touche de raffinement. «C’était une femme brillante, une musicienne qui rêvait d’avoir son commerce. Elle aimait les affaires et pour elle la famille était importante», ont indiqué quelques membres du Comité culturel qui ont eu la chance de la côtoyer.

France Martel, Carole Lavertu et Céline Carrier du Comité culturel de Warwick. posent avec une photo de Mlle Marchesseault.

Tellement que malgré son célibat, Mlle Marchesseault est parvenue adopter des enfants. Un fait exceptionnel à l’époque qui lui a permis d’élever Anita (mariée à Alphonse Perreault) et Fernande (mariée à Raoul St-Cyr) qui ont également vécu à Warwick jusqu’à leur décès.

On apprend également, dans l’exposition, que la femme était très cultivée (lisant La Presse tous les jours) et que c’est au Foyer Étoile d’Or de Warwick qu’elle a terminé sa vie. Lors de son centenaire, en 1986, une grande fête a été tenue et la Ville de Warwick a souligné l’apport exceptionnel de cette femme.

L’exposition

En plus d’en apprendre davantage sur Adèle Marchesseault, les visiteurs auront la chance d’apprécier une partie de la collection privée de Georgette Langelier. Celle-ci a prêté quelques chapeaux féminins d’époque, et leurs accessoires pour cet événement.

Dans les deux premières salles, sont joliment présentés les ensembles chapeau-foulard-gants-et-sac-à-main. Différents styles, différentes couleurs et époques donnent au tout un joli coup d’œil.

Mme Langelier a de plus accepté d’offrir deux présentations animées. Elle s’installera pour l’occasion dans l’atelier de modiste d’époque, qui a été reconstitué dans la troisième salle. Ils auront lieu à 13 h 30 le 28 avril et le 12 mai (en cadeau pour la fête des Mères).

On peut visiter l’exposition les 27, 28 avril, 4, 5, 11 et 12 mai. Les samedis de 13 à 16 h et les dimanches de 11 à 16 h.

Partager cet article

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des