Le ministre Girard réagit au budget fédéral

Communiqué
Le ministre Girard réagit au budget fédéral
(Photo : Archives)

Au lendemain du dépôt du budget fédéral, le ministre des Finances du Québec, Eric Girard, s’est exprimé sur le fait que les mesures annoncées par le gouvernement fédéral constituent un pas dans la bonne direction pour satisfaire les intérêts des Québécois et des Québécoises.

D’abord, il a salué l’engagement important du gouvernement canadien de dédommager à la hauteur de 3,9 milliards de dollars les producteurs laitiers. «Nous allons demeurer vigilants, attendre les modalités d’application de cette mesure et maintenir la pression afin que nos producteurs ne soient pas perdants dans le cadre de la récente entente signée avec les Américains», a-t-il indiqué.

Le ministre des Finances a également indiqué que les sommes additionnelles annoncées pour les infrastructures de transport et l’accès à Internet haute vitesse sont les bienvenues. Par ailleurs, le Québec s’attend à ce que son autonomie et ses priorités soient respectées. Pour la bonification du fonds de taxe sur l’essence, le gouvernement entend évaluer comment les sommes seront mises à profit pour financer des projets prioritaires en transport en commun.

Le ministre des Finances du Québec s’est par ailleurs dit satisfait de l’effort fiscal en faveur des travailleurs âgés, ce qu’il qualifie «d’une bonne nouvelle pour nos entreprises et pour les gens qui souhaitent retourner sur le marché du travail».

Finalement, il perçoit d’un bon œil les mesures annoncées pour inciter la population et les entreprises à se doter de véhicules électriques, ce qui viendra renforcer les politiques actuelles du Québec.

Malgré cela, il maintient que du travail reste à faire du côté d’Ottawa, notamment pour compenser les coûts engendrés par l’afflux de réfugiés. Il précise également que son gouvernement demeurera vigilant quant au respect des compétences du Québec, notamment en ce qui a trait au programme d’assurance-médicaments. Dans ce dossier, M. Girard persiste : si Ottawa décidait d’aller de l’avant avec un programme national de médicaments, le Québec se prévaudra de son droit de retrait avec pleine compensation.

Le Québec aura l’occasion de faire le point sur ses orientations économiques et budgétaires dans le cadre du budget 2019-2020 qui sera déposé demain (21 mars).

Partager cet article

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des