La Sécurité alimentaire fracasse ses objectifs

Photo de Claude Thibodeau
Par Claude Thibodeau
La Sécurité alimentaire fracasse ses objectifs
En compagnie de la coordonnatrice de la Sécurité alimentaire, Isabelle Voyer, trois des présidents d'honneur Pierre-Yves Blais, Guy Massé et Pascal Lévesque (absente de la photo, Kim Williams) (Photo : www.lanouvelle.net)

«Toute la communauté a répondu à l’appel pour aider les gens qui en ont besoin», a commenté la coordonnatrice de la Sécurité alimentaire de Victoriaville, Isabelle Voyer, en dressant, lundi après-midi, le bilan de la Campagne de Noël 2018.

«On peut dire mission accomplie», a-t-elle dit, comme en témoignent les 115 000 $ amassés (sur un objectif de 100 000 $) et les 13 300 kg de denrées recueillies, fracassant ainsi l’objectif de 12 000 kg.

Le succès de la campagne, Isabelle Voyer l’attribue notamment aux quatre présidents d’honneur d’Arsenal média, les animateurs radio Kim Williams, Pierre-Yves Blais, Pascal Lévesque et Guy Massé.

«Ils ont été le moteur et le carburant de ce succès. J’ai découvert toute une gang, des gens enthousiastes, alertes, impliqués. On ne pouvait rêver d’un meilleur quatuor de porte-paroles. C’était plaisant de les regarder, de les voir agir, de les voir accueillir les gens. Vous m’avez fait triper», a souligné la coordonnatrice.

Isabelle Voyer se souviendra particulièrement de certains moments, notamment de la cruche de Pierre-Yves devenue trop lourde durant le défilé, de la soudaine marée de partisans des Tigres auprès de Kim Williams qui peinait à la tâche de remplir des coupons de tirage en échange de denrées et le numéro de «calleurs» des dons par Guy Massé et Pascal Lévesque à l’entrée du concert du chœur  Voxalix.

Fort heureux des résultats obtenus (Photo www.lanouvelle.net)

Au départ, Guy Massé se montrait sceptique face à l’objectif de 100 000 $. «L’année a été difficile pour tous. Ça a pris toute une communauté pour y arriver», a-t-il confié.

Pierre-Yves Blais, pour sa part, a dit trouver «valorisant et enrichissant» de collaborer à cette cause. «C’est hallucinant de voir la générosité des gens et les grands besoins», a-t-il précisé.

Pascal Lévesque, de son côté, a louangé le travail d’Isabelle Voyer et de toute son équipe. «On nous accueillait toujours avec le sourire», a-t-il signalé, notant au passage l’excellente structure en place.

Augmentation des paniers de Noël

La Sécurité alimentaire et l’organisation du Noël du Pauvre ont distribué cette année 792 paniers de Noël, une hausse de 2% comparativement à 2017.

À elle seule, la Sécurité alimentaire a remis des paniers à 644 ménages (98 de plus que l’an dernier), rejoignant ainsi 1292 personnes, soit 810 adultes et 482 enfants de moins de 18 ans.

De ce nombre, 17 paniers ont été offerts à des personnes seules à mobilité réduite, fruit d’une nouvelle collaboration avec le Comité d’aide aux paroissiens de Saint-Christophe-d’Arthabaska. «Ce comité remettait déjà plus d’une trentaine de paniers à des personnes seules et couples sans enfant du territoire de la paroisse. Nous nous sommes assurés qu’il n’y ait pas de dédoublement dans les demandes», a indiqué Isabelle Voyer.

Le Noël du Pauvre, pour sa part, avait une liste de 148 petites familles de deux enfants et moins à qui donner un panier. En plus, l’organisation y a ajouté une dizaine de ménages additionnels pour un total de près de 160 paniers de Noël.

La distribution des paniers demeure un moment privilégié, aux dires de la coordonnatrice de la Sécurité alimentaire. «Cela nous fait vivre beaucoup de compassion et de chaleur humaine. Nous sommes toujours émus par ce désir de partage et d’échange. Nous en ressortons fatigués, mais remplis d’amour», a-t-elle exprimé.

C’est par des remerciements qu’Isabelle Voyer a conclu la rencontre de presse puisqu’un tel succès ne serait possible, selon elle, sans l’engagement des nombreux bénévoles, des partenaires financiers, de toutes ces entreprises et ces familles qui organisent des collectes spontanées.

Un merci d’Isabelle aussi au personnel de la Sécurité alimentaire qui travaille sans relâche à la réception, à la pesée, au tri de toute la marchandise. «Merci à notre «Superman» Denis, notre commis d’entrepôt qui les a tous soulevés ces 13 300 kg de denrées!»

Partager cet article

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
suzanne moreau Recent comment authors
  Subscribe  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
suzanne moreau
Invité
suzanne moreau

bravo a ces jeunes qui s’impliquent collectivement