Citadelle mise sur Alibaba pour développer le marché chinois

Citadelle mise sur Alibaba pour développer le marché chinois
L’entreprise québécoise Citadelle a augmenté son chiffre d'affaires en Chine grâce à Alibaba. Sur la photo, Jack Ma, fondateur d'Alibaba, le premier ministre Justin Trudeau, et le directeur développement des affaires chez Citadelle, Philippe Leblanc. (Photo : gracieuseté)

La coopérative de producteurs de sirop d’érable Citadelle, qui a son siège social à Plessisville, mise de plus en plus sur la plateforme Alibaba pour développer le marché chinois dans le secteur du sirop d’érable, du miel et de la canneberge.

Même si ses produits sont distribués en Chine depuis 17 ans, la coopérative n’a pas hésité à se lancer dans le commerce électronique pour rejoindre davantage le consommateur chinois. «Nous anticipons une croissance plus grande dans le secteur du détail via le commerce en ligne qu’à travers le réseau des supermarchés traditionnels», avance le directeur principal des ventes chez Citadelle, Stéphane Vachon.

Depuis 2016, Citadelle affirme que les ventes de ses produits d’érable sont en croissance de 25% en Chine grâce au commerce en ligne, un marché qui ne représente encore que 2% de son chiffre d’affaires.

«C’est une stratégie du gouvernement chinois de favoriser les échanges commerciaux via les plateformes électroniques. Ça donne accès au produit plus rapidement au consommateur que de construire des magasins», ajoute M. Vachon soulignant le travail des deux paliers de gouvernement, fédéral et provincial, pour aider les entreprises canadiennes à faire leur niche sur Alibaba.

Pour Philippe Leblanc, directeur développement des affaires, il est effectivement primordial de se positionner dans le commerce en ligne. «La Chine représente un marché de 1,4 milliard de personnes. Chaque année, on trouve 60 millions de personnes de plus qui accèdent à la classe moyenne et qui ont de l’argent pour consommer, soit un marché aussi grand que celui de la France.»

«Le commerce en ligne est très efficace dans un pays qui a une population dense comme la Chine. Les achats en ligne pour les biens de consommation sont déjà cinq fois plus élevés qu’ici. Mais le commerce en ligne nous ouvre aussi une nouvelle porte, celle de l’éducation au consommateur», mentionne M. Leblanc. «Notre bouteille de sirop d’érable qui se trouve sur les tablettes d’un magasin traditionnel ne parle pas comme une page Web qui nous offre l’occasion de nous adresser au consommateur et de nous mettre en valeur (coopérative) tout en lui expliquant comment il peut utiliser nos produits et les intégrer dans sa cuisine de tous les jours.»

«Les Chinois sont de plus en plus préoccupés par leur santé. Ils cherchent à compenser les effets de la pollution par exemple par une nourriture plus saine. Ils veulent des produits plus sains et le sirop d’érable et le miel par exemple, même si ça reste sucré, sont déjà reconnus comme tels. Ça devient très intéressant pour nous de pouvoir leur dire», ajoute M. Leblanc qui croit ainsi que Citadelle rejoindra de plus en plus le Chinois local à titre de consommateur qu’une clientèle d’expatriés pour assurer sa croissance.

M. Vachon stipule par ailleurs que cette expérience en Chine éveille la coopérative à l’importance du commerce en ligne. «Il va de soi que nous allons faire de plus en plus de place aux plateformes électroniques pour développer d’autres marchés, que ce soit avec Amazon en Amérique du Nord ou avec d’autres plateformes ailleurs sur la planète», a-t-il conclu.

Fondée en 1925, la coopérative de producteurs de sirop d’érable Citadelle exporte ses produits dans plus de 40 pays. Sa vaste gamme de produits de l’Érable, de miel et de la canneberge, conventionnels ou biologiques, est offerte sous différentes marques de commerce et emballages.

Depuis 2010, Citadelle est également l’un des trois plus grands transformateurs de canneberges au pays, en plus d’être la seule coopérative de canneberges au Canada. Plus de 300 personnes travaillent au sein de la coopérative à Plessisville, à La Guadeloupe (en Beauce), à Aston-Jonction, à Saint-Quentin (Nouveau-Brunswick) et dans ses boutiques bistros.

 

Partager cet article

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des