Karyne Beauchesne représentera la région à un concours canadien

Karyne Beauchesne représentera la région à un concours canadien
Karyne Beauchesne en début de projet en vue du concours national Fleurs et Trésors (Photo : gracieuseté)

La propriétaire de l’entreprise victoriavilloise Fleurs et Trésors, Karyne Beauchesne, se rendra à la Place Ste-Foy de Québec, du 11 au 15 avril, afin de représenter le Centre-du-Québec au concours canadien Fleurs de Villes regroupant les meilleurs designers floraux au pays.

C’est la toute première fois que l’événement fera un arrêt dans la Belle Province. Au total, 14 fleuristes d’un peu partout au Québec et de l’Est de l’Ontario rivaliseront de créativité afin de mettre la main sur les différents prix associés au concours. Cette année, les fleuristes devront habiller un mannequin, ainsi qu’une plateforme de 25 pieds carrés à l’aide d’un arrangement 100% végétal. Le montage devra être non seulement esthétique, mais il devra aussi durer pendant tout le week-end.

«Ce ne sera pas facile, ça me rend un peu nerveuse, mais je ne pouvais refuser pareil défi. J’adore créer et ce concours est en lien direct avec mes valeurs. Tous les matériaux utilisés doivent être naturels, on doit opter pour des techniques alternatives pour assembler le montage. On ne peut pas non plus utiliser des fleurs teintes. Ça me parle beaucoup et c’est un très beau défi», explique celle qui possède un petit commerce sur la rue La Salle depuis maintenant quatre ans.

Mme Beauchesne réalise régulièrement des montages pour des clients et obtient beaucoup de succès. C’est toutefois la première fois qu’elle participera à un concours de ce type et qu’elle aura à réaliser un arrangement de cette envergure.

«Je ne participe pas pour gagner, même si j’aimerais beaucoup ça. J’y vais pour avoir l’opportunité de créer, de rencontrer d’autres fleuristes et d’en apprendre davantage sur mon métier. Participer au concours me permet d’évoluer en tant que fleuriste, de mieux connaître mon produit et de faire des tests de durabilité (longévité, fraîcheur…). C’est un exercice de création incroyable afin d’élaborer des techniques alternatives puisque toute la création doit être composée d’éléments naturels et doit pouvoir se conserver durant cinq jours, le temps de l’exposition», ajoute-t-elle. Après Québec, le concours ambulant se rendra respectivement à Ottawa, Toronto, Vancouver, Edmonton et Calgary.

D’enseignante à fleuriste

Le parcours qui a mené Karyne Beauchene à la fleuristerie est pour le moins atypique. La jeune femme a enseigné pendant une dizaine d’années dans des écoles primaires, puis a offert des cours privés pendant une autre décennie dans la région de Montréal. Désireuse de se rapprocher de sa région natale et de mettre à profit son tempérament créatif, elle s’est orientée vers la profession de fleuriste et elle a tout de suite eu la piqûre.

Il n’y a pas qu’elle qui a eu un coup de foudre pour son métier. Avant même la fin de sa formation, elle avait déjà son lot de contrats. « Les commandes ont commencé à rentrer rapidement et ça n’a jamais arrêté. Il y avait un besoin dans la région pour une offre personnalisée comme celle que je m’efforce de bâtir chaque jour», affirme-t-elle.

Mme Beauchesne se fait un devoir de rencontrer personnellement chacun de ses clients afin d’être en mesure de leur bâtir des arrangements uniques inspirés de leur réalité. «Souvent, les gens qui rencontrent les clients ne sont pas les mêmes que ceux qui composent les bouquets. Il est difficile dans ce temps-là d’en arriver à un résultat qui représente bien ce que les clients vivent et ressentent», conclut-elle.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires