Huppé s’agrandit pour mieux croître aux États-Unis et en Chine

Par heleneruel
Huppé s’agrandit pour mieux croître aux États-Unis et en Chine
(Photo : www.lanouvelle.net)

Les travaux d’agrandissement sont déjà bien visibles chez le manufacturier de meubles Huppé. Propriétaire de l’entreprise depuis 2010, Jean-François Nolin explique que la nouvelle aile abritera une troisième ligne de production.

Les travaux, commencés en février devant se terminer quelque part en avril nécessitent, des investissements d’un peu plus de 600 000 $, le montant comprenant les travaux de construction et l’installation des nouveaux équipements.

Le président soutient que la production de l’entreprise connaît une bonne croissance ces années-ci, surtout aux États-Unis et en Chine. Le nom Huppé est maintenant connu à l’échelle internationale, le «branding contemporain de son mobilier», le démarquant, dit M. Nolin. Présent dans quelque 250 magasins en Amérique du Nord, Huppé a notamment gagné la Corée du Sud, les Cathares. Pour percer ces marchés, Huppé s’est associé la créativité de designers de renommée internationale.

Fondée il y a 51 ans, l’entreprise victoriavilloise abrite le siège social, les opérations de finition et le centre de distribution. Le manufacturier fabrique et assemble ses meubles à Saint-Édouard-de-Maskinongé, les rembourre à Montréal où il détient également une salle d’exposition.

Jean-François Nolin avait 32 ans lorsqu’il a acquis l’entreprise fondée en 1967 par Raymond Hamel, Aurèle et Sylvio Huppé. À cette époque, les trois hommes fabriquaient des coffres de cèdre. Aujourd’hui l’entreprise allie le bois, le métal, le verre, le cuir, le tissu, même le béton, pour du mobilier de salon, de cuisine, de chambre à coucher, de bureau, etc.

Près d’une soixantaine de personnes travaillent pour Huppé actuellement. L’ajout de la section de 200 pieds de longueur devrait favoriser la création de huit nouveaux emplois.

Le plus gros investissement

Cet agrandissement, d’une valeur de 337 500 $, est le plus important investissement qui se soit annoncé pour février au rapport des permis de construction de la Ville de Victoriaville.

Parce que l’année 2018 commence en douce.

En février, la somme des investissements s’établit à 1 978 978 $, ce qui représente 260 979 $ de moins qu’à la même période l’an dernier.

Pour le seul mois de février, la Ville a délivré deux fois moins de permis (44 comparativement à 83) qu’au même moment l’an dernier. Deux fois moins d’unités d’habitation (6 au lieu de 11) se sont annoncées en février 2018 qu’en février 2017.

Reste que ce sont tous les chantiers du secteur résidentiel qui génèrent le gros des investissements de février, un total de 1 342 028 $. À ce propos cependant, pour janvier et février, le nombre d’unités d’habitation est à peu près le même que l’an dernier (13 par rapport à 15).

Au cumulatif, la valeur des investissements s’établit à 4 858 913 $, un million $ de moins que l’an dernier.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires