Automobiles SMG condamnée, Guillaume Laroche acquitté

Photo de Claude Thibodeau
Par Claude Thibodeau

JUSTICE. Dans une affaire de fausses factures et de recel de véhicules, l’entreprise Automobiles SMG, par la voie de son administrateur Guillaume Laroche, a reconnu sa culpabilité, mardi avant-midi, à des accusations de recel d’un moteur et de pièces de véhicule, des événements remontant à 2012 et 2013.

Dans les autres dossiers, la poursuite a déclaré ne pas avoir de preuve à offrir, de sorte que l’entreprise a été acquittée.

Une suggestion commune a été proposée par l’avocat de la défense, Me Michel Dussault, et le procureur du ministère public, Me Maxime Laroche.

Ainsi, le juge Jacques Trudel de la Cour du Québec a condamné l’entreprise à une amende totalisant 5000 $.

Quant à Guillaume Laroche, qui a bénéficié, en novembre, d’une absolution inconditionnelle après avoir plaidé coupable à une accusation de possession de biens criminellement obtenus, il a été acquitté sur tous les autres chefs d’accusation auxquels il faisait face puisque la poursuite a fait savoir qu’elle n’avait aucune preuve à offrir.

Avant la pause du dîner, par ailleurs, les représentations sur la peine ont pris leur envol dans le dossier de Denis Laroche qui, en novembre, a reconnu sa culpabilité sur un certain nombre de chefs d’accusation parmi la soixantaine d’accusations ayant été portées contre lui.

En poursuite, Me Laroche a annoncé qu’il ferait entendre trois témoins, à commencer par l’un des enquêteurs au dossier, Bernard Rochette.

L’audience reprendra vers 14 h par son contre-interrogatoire.

En défense, Me Dussault compte aussi faire entendre certains témoins, dont Guillaume Laroche, le fils de Denis.

Partager cet article

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des