Dinorah Catzalco rend hommage à l’art mexicain

Par stevenlafortune

VICTORIAVILLE. Baignant dans l’univers de la peinture depuis sa tendre enfance, Dinorah Catzalco s’est inspirée des couleurs et de la culture de son pays d’origine, le Mexique, pour créer une série de tableaux qu’elle présente désormais au Cégep.

Native de la région de Puebla, l’artiste de 31 ans s’est installée au Québec, plus précisément à Gatineau, alors qu’elle n’avait que 8 ans. Toutefois, elle n’a jamais mis de côté ses racines mexicaines, prépondérantes dans son art.

«J’ai grandi dans la culture du pays et mes souvenirs sont d’une richesse inégalée, si bien qu’on le ressent dans mon travail créatif. Tout jeune, je m’intéressais à l’art. C’est en grande partie à cause de ma mère, qui aimait peindre», a expliqué la titulaire d’un baccalauréat en Arts et en Design à l’Université du Québec en Outaouais.

Pour cette exposition, elle a puisé son inspiration dans les alebrijes, des sculptures en bois qui sont apparues dans le folklore mexicain dans les années 1930. Colorées et fantaisistes, elles représentent des créatures mi-humaines, mi-animales. C’est d’ailleurs lors d’un de ses voyages dans ses terres natales que Mme Catzalco a pris conscience de cet art, popularisé par Pedro Linares.

Utilisant l’acrylique sur un support de bois, elle ajoute dans ses œuvres des éléments tridimensionnels. Pour ce faire, elle utilise des broches de métal, du papier mâché et du plâtre pour donner vie à ses créatures. Dans un énorme souci du détail, elle donne une touche finale avec l’aide d’un crayon marqueur pour faire ressortir les couleurs vives et chaudes de ses créations.

«Lors de leur conception, je me suis demandé pourquoi l’animal est si important aux humains et pourquoi nous nous attachons d’une manière si forte à eux. Également, je me suis remémoré des souvenirs et des épisodes de ma vie personnelle pour confectionner ces œuvres», a-t-elle expliqué.

Plus d’une vingtaine de peintures et de sculptures seront exposées dans l’établissement scolaire jusqu’au 2 mai. Par la suite, Dinorah Catzalco déménagera ses pénates, à Pointe-Claire, plus précisément au Stewart Hall, les 23 et 24 mai prochain, pour une courte exposition sur le Mexique.

Ensuite, elle planchera sur un tout nouveau projet, qui devrait aboutir en 2017. Pour cette série, dont l’amplitude est égale à celle qu’elle présente au Cégep, le thème choisi sera l’arbre de vie.

Partager cet article

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des