Un bijou d’homme

VICTORIAVILLE. Quand l’heure de la retraite a sonné, il y a trois ans, Michel Genest s’était bien dit qu’il serait bien à la maison. Et à force de côtoyer son épouse et artiste, Lina Ross, il s’est lui-même lancé dans l’artisanat et fabrique aujourd’hui de magnifiques bijoux, remplis d’originalité.

Il a installé ses chaînes, ses billes et ses différentes pièces au sous-sol qui est devenu, avec tout l’attirail artistique de Lina, un lieu de création. On peut même parler du sous-sol du bonheur puisque les conjoints, lorsqu’ils s’y retrouvent, prennent un véritable plaisir à créer.

Michel a commencé son art en se fabriquant un collier. «Je voulais me faire un beau collier d’homme», se souvient-il. À peine terminé, son beau-frère a voulu l’avoir. Cet enthousiasme l’a encouragé à continuer sa création. Il a regardé autour de lui et vu plusieurs femmes fabriquer des bijoux et il a, de son côté, choisi l’acier inoxydable comme matière de base pour ses qualités : pas allergène, résistant et lavable.

Il a donc commencé par la création de bijoux de femmes, mais a voulu trouver une idée pour faire sa marque. C’est, ironiquement, lorsqu’il a failli avoir un accident de voiture, qu’il a eu l’idée de fabriquer des anges de la route. Ces petits bijoux, représentant des anges, viennent protéger les passagers des véhicules, étant accrochés au rétroviseur.

Jusqu’à maintenant, ses anges font fureur. Il en a vendu 591 (il tient le compte à la main dans son cahier) et chacun est unique. «Nous ne sommes pas pratiquants plus qu’il faut aujourd’hui, mais je crois que les gens ont besoin de savoir que des anges veillent sur eux», explique-t-il.

Même que Michel reçoit plein de témoignages de gens qui se sentent effectivement bien protégés grâce à ses anges… Autant de raisons pour lui de continuer à laisser aller son imagination pour créer ses petits personnages ailés qui viennent égayer les véhicules.

Certains ont un corps fait de pierres, d’autres de billes de verre, même de plumes. Il met un soin particulier à agencer les matières pour faire des anges tous différents les uns des autres. Malgré ses grosses mains, il parvient à force de patience et d’expérience maintenant, à créer des bijoux d’une grande finesse.

Ses anges sont la prémisse de plein d’autres projets, notamment de boules de Noël. Avec lui, rien ne se perd et chaque petit bout de chaîne ou morceau de verre trouve sa place dans une création. «Pas de gaspillage ici», dira-t-il.

Michel Genest a décidé de laisser libre cours à sa créativité. «Je suis certain que j’avais la fibre artistique à l’intérieur de moi», croit-il.

L’artisan descend à l’atelier presque tous les jours. Il fait de sa création un véritable passe-temps, presque aussi important et agréable pour lui que d’aller à la pêche ou à la chasse (ses deux premières passions).

Pour lui, la saison des salons et des expositions vient de se terminer et il est à renouveler son inventaire pour la prochaine saison. S’il est très bien dans sa maison et dans l’atelier du sous-sol, il apprécie aussi beaucoup les rencontres faites lors de ces événements. «J’ai toujours été dans le public et les salons me permettent de rester en contact», souligne-t-il.

Partager cet article

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des