Répit Jeunesse propose Compostelle

Par heleneruel
Répit Jeunesse propose Compostelle
Jean-Roch Gagné et Céline Desautels (Photo TC Media – Hélène Ruel)

VICTORIAVILLE. Les gens de Répit Jeunesse n’ont pas encore gravi le Kilimandjaro (du 13 au 27 septembre) qu’ils proposent déjà une autre expédition-bénéfice, celle-là sur le Chemin de Compostelle, un bout du chemin, les 308 kilomètres de la dernière étape, de Leon à Santiago. Le voyage est prévu du 26 septembre au 13 octobre 2015.

Aux yeux du directeur général de Répit Jeunesse, Jean-Roch Gagné, et de la secrétaire du conseil d’administration de l’organisme, Céline Desautels, cette proposition devrait attirer plus de participants… et plus de bénéfices.

Parce que cette randonnée de 14 jours constitue un défi accessible à un plus large éventail de gens, tant pour leurs jambes que pour leur portefeuille.

«On vise 20 marcheurs, mais on serait heureux avec 30», espère M. Gagné.

Céline Desautels, qui n’en est pas à son premier Compostelle, parle des beautés de l’aventure. La beauté de la Galice que l’on traverse par ses sentiers un peu vallonnés. La beauté d’une expérience où l’on profite à la fois de la solitude de la marche quotidienne et de l’encadrement d’un séjour organisé.

Les pèlerins n’auront pas à se soucier du lieu où ils dormiront, même pas de transporter leurs bagages. Ils coucheront, en occupation double, dans des petits hôtels… dotés de douches.

Et, mieux, pendant toute l’année, les participants profiteront d’un entraînement progressif, l’objectif étant de pouvoir marcher entre 15 et 30 kilomètres en une journée… sans être complètement fourbus le lendemain, précise Mme Desautels. Elle assure aussi qu’existent des trucs pour s’éviter des ampoules aux pieds.

Trois séances d’information

Répit Jeunesse a déjà planifié trois séances d’information pour les gens tentés par cette expédition : les 9 septembre, le 7 et le 21 octobre à 19 heures.

Par ces rencontres – tenues chez Répit Jeunesse au 115, rue Saint-Louis – on pourra prendre connaissance de l’itinéraire et des modalités de l’expédition.

Si Répit jeunesse peut réunir une vingtaine de marcheurs, il pourrait en tirer des bénéfices de quelque 50 000 $.

Les participants auront à débourser 3500 $ pour leur voyage et amasser 2500 $ en dons pour lesquels des reçus de charité sont délivrés.

Répit Jeunesse

Créé il y a un peu plus de 20 ans, Répit Jeunesse vient en aide aux jeunes (12-30 ans) en difficultés. «Ces jeunes de la rue composent un univers particulier. Quand ils arrivent ici, c’est qu’ils cherchent de l’aide, ce qu’on leur offre sans les juger», dit M. Gagné, directeur général de l’organisme depuis un an.

L’expédition vers Compostelle constitue la deuxième expérience à l’étranger que propose Répit Jeunesse et constitue une des activités de financement, les autres étant l’annuel souper, le tournoi de golf qui avait justement lieu il y a quelques jours et la vente de billets pour le Cirque du soleil.

L’organisme offre divers services, notamment celui de ses travailleurs de rue et l’école alternative D’École de la rue.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires