Une transition marquée par l’apprentissage pour Shawn Element

Par Zakary Mercier
Une transition marquée par l’apprentissage pour Shawn Element
Shawn Element (Photo : Crunch de Syracuse)

Le Victoriavillois Shawn Element tourne la page sur sa première saison de hockey professionnel. Cette dernière ne s’est pas déroulée sans embûches, mais il en ressort grandi.

La marche entre le hockey junior et professionnel est souvent difficile à franchir. Le hockeyeur de 22 ans peut en témoigner, alors qu’il a dû s’adapter, autant sur la patinoire qu’à l’extérieur. « Dans le junior, on me disait parfois que j’étais un homme parmi des enfants. Cette année, c’était pas mal l’inverse. J’étais le petit nouveau dans la ligue, alors j’ai vraiment dû m’adapter. En plus, le hockey est maintenant mon travail et je n’ai plus ma famille de pension pour s’occuper de tout comme dans le junior. C’est moi qui dois s’organiser pour tout faire seul. »

Le club-école du Lightning de Tampa Bay regorge de joueurs québécois, dont le vétéran Pierre-Cédric Labrie. C’est ce dernier qui a pris le rôle de grand frère auprès de l’ancien des Tigres de Victoriaville. « Il m’a pris sous son aile. J’ai passé une grande majorité du temps avec lui et sa famille. J’ai également eu la chance d’être cochambreur avec Gabriel Dumont et Daniel Walcott. Ce sont toutes des personnes dont je peux m’inspirer. Ils sont de bons joueurs d’équipe et des êtres humains de grande qualité. Ils m’ont dit de jouer mon style de jeu et que malgré les hauts et les bas, je dois rester concentré sur mes forces. Ils ont vraiment été un support moral et m’ont aidé à rester motivé », a-t-il raconté. 

Son moral en a effectivement pris un coup. Pour la première fois de sa jeune carrière, il a été rayé de l’alignement. Il a même été rétrogradé à deux occasions dans la ECHL avec les Solar Bears d’Orlando. La situation était loin d’être idéale. « Je ne cacherai pas que ça a été difficile sur le moral puisque c’était la première fois. Je n’ai pas été en mesure de saisir ma chance de rester dans l’alignement. J’ai tout de même gardé la tête haute et continué à travailler fort. J’en ai profité pour mettre les bouchées doubles dans la salle d’entraînement et ça a paru. J’ai battu des records au niveau de mes tests physiques. Le choc n’a pas été aussi grand lorsque j’ai été envoyé à Orlando. Là-bas, j’ai été m’amuser et appliquer ce que j’avais appris dans les entraînements. J’ai retrouvé de la confiance et maintenant j’espère ne plus avoir à y retourner. »

Element n’a pas disputé un seul match en séries éliminatoires avec le Crunch, mais a eu l’occasion d’être dans l’entourage de l’équipe et de voir les duels présentés à domicile. « J’ai beaucoup appris simplement en regardant le niveau de jeu, la vitesse, l’aspect physique et le désir de gagner. J’aurais assurément aimé jouer puisque c’est le genre de hockey que j’aime. En espérant que ce ne soit que partie remise. »

Même si la campagne ne s’est pas déroulée exactement de la façon dont il l’aurait souhaité, le jeune attaquant demeure satisfait et en ressort grandi. « En début de campagne, il n’y a pas beaucoup de gens qui pensaient que j’allais jouer 32 matchs avec le Crunch. Je suis satisfait d’avoir réalisé cet exploit à ma première saison. Oui, ce ne fut pas toujours évident, mais j’ai toujours conservé ma bonne attitude et mon éthique de travail. »

Son regard est déjà bien tourné sur sa deuxième saison chez les professionnels. Il souhaite cimenter sa place dans la Ligue américaine de hockey (LAH). « Je veux avoir un gros été d’entraînement pour faire ma place à temps plein à Syracuse. Je continue de travailler sur mon coup de patin et je veux devenir plus explosif. J’aurai aussi encore la chance de participer au tournoi des recrues du Lightning de Tampa Bay. Je veux créer une belle surprise et montrer à l’organisation ce dont je suis capable. »

D’ici le début des différents camps d’entraînement, Element évolue dans la Ligue nationale de hockey balle (LNHB) avec les Lynx de Victoriaville. Pour lui, c’est une belle façon de garder la forme, tout en pratiquant un sport qu’il affectionne particulièrement. « L’été, le dek hockey, c’est mon sport. L’horaire des matchs va parfaitement avec celui de mon entraînement estival. En plus, j’ai la chance de pouvoir jouer à la maison. C’est une opportunité et une fierté pour moi de représenter les Lynx », a-t-il exprimé en terminant. 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires