Une équipe fragile

VICTORIAVILLE. La dernière semaine d’activités aura été difficile pour les Tigres. Samedi, les félins auront encaissé un autre cinglant revers, celui-ci face aux Islanders de Charlottetown, à l’amphithéâtre Gilbert-Perreault.

Devant 2255 spectateurs, la troupe de Bruce Richardson a vu les visiteurs inscrire les quatre premiers buts de la rencontre. Elle a finalement baissé pavillon par la marque de 8 à 4.

«Nous avons une équipe fragile en ce moment, a laissé entendre le pilote, surtout avec de gros morceaux en moins. Il y a beaucoup de travail certes, mais il faut rester positif.»

Ses protégés traversent présentement une première véritable léthargie, eux qui n’ont mérité la victoire que dans deux de leurs onze dernières sorties. Avec une formation relativement plus jeune, la pente est plus ardue à remonter lorsqu’elle traverse une situation du genre, contrairement à une autre en pleine maturité.

«C’est évident que dans cette équipe, il n’y a pas beaucoup de joueurs qui ont traversé ce genre de phase où les choses vont moins bien. Il faut simplement se concentrer sur certains détails à améliorer, comme l’émotion. Du moins, j’ai senti qu’il y en avait davantage cet après-midi», a noté Richardson.

Profitant d’un congé d’une plus longue durée, les Tigres auront le temps de réajuster le tir face à ses prochains adversaires. Ils seront de la Classique hivernale vendredi (23 février), à Saint-Tite, avant de recevoir l’Armada de Blainville-Boisbriand le lendemain (24 février). Le duel sera exceptionnellement présenté à 19 h 30.

Un travail d’équipe

Dans le camp des Islanders, Gordie Dwyer et sa troupe ont dépassé les Tigres au classement général, amassant un huitième point sur une possibilité de dix lors de leurs cinq derniers affrontements. À ses yeux, les quarante premières minutes de jeu auront été la clé de cette victoire.

«Nous avons joué à notre manière et nous avons bien géré nos émotions. Nos défenseurs ont effectué de bonnes sorties de zone et notre jeu de transition était à point. Enfin, nous avons bien utilisé notre vitesse et appliqué beaucoup de pression sur le gardien adverse», a-t-il analysé.

Charlottetown a également utilisé son côté physique à bon escient dans la rencontre, ponctuée de nombreuses bagarres. Dwyer a d’ailleurs indiqué que l’aspect robustesse a penché à sa faveur, ce qui a, au final, aidé sa formation à l’emporter, qui sera à Québec, demain (dimanche), pour se mesurer aux Remparts, au Colisée Pepsi.

*Dans le calepin

*Mathieu Ayotte aura été le troisième joueur à être retiré de la formation en vue du match contre les Islanders. Cependant, à l’image d’Angelo Miceli, Ayotte n’était pas à 100%, lui qui a eu de la difficulté à regagner le banc des siens à deux occasions, hier (vendredi), contre les Foreurs. Il a participé à la période d’échauffement, mais la douleur a eu raison de lui.

*Deux anciens Tigres retrouvaient les partisans de l’Amphithéâtre Gilbert-Perreault. Ross Johnston aura été productif avec deux buts et une mention d’aide, tandis que Luc Deschênes s’est fait complice du 27e filet d’Alexandre Goulet. «Luc a été excellent, a confié son entraîneur, Gordie Dwyer. Il s’est impliqué sur la patinoire et a supporté notre offensive. Il a aussi bien bougé la rondelle sur l’avantage numérique, ce qui lui a d’ailleurs valu une passe.» En 45 parties cette saison, le défenseur montre un dossier de trois buts et neuf passes pour un total de douze points.

*Bruce Richardson aura le plaisir de tester la glace de la Classique hivernale avant ses troupiers, mercredi (21 janvier). En effet, le pilote des Tigres a été invité à participer à un match amical entre d’anciens joueurs de la LHJMQ et des membres des médias. Ses protégés auront ensuite la chance de pratiquer sur cette même surface glacée jeudi.