Mathieu St-Onge: un parcours unique le mène à son objectif

Par Zakary Mercier
Mathieu St-Onge: un parcours unique le mène à son objectif
Mathieu St-Onge (Photo : Denis Morin)

Mathieu St-Onge a réussi à percer l’alignement des Tigres de Victoriaville. Malgré un cheminement différent, il n’a jamais cessé de persévérer et de progresser.

Le jeune attaquant possède un parcours tout à fait unique. Contrairement à beaucoup de jeunes joueurs, il a pris la route du hockey scolaire. Après avoir été retranché à deux reprises par son équipe M18 AAA locale et ignorée par toutes les formations de la Ligue de hockey junior majeur du Québec à sa première année d’admissibilité, St-Onge s’est retrouvé avec l’Arsenal de l’Académie Saint-Louis M18 D1. Il a connu une saison du tonnerre avec une récolte de 32 buts et 26 mentions d’aide en seulement 27 rencontres. Les Félins en ont ensuite fait un choix 10e tour lors de la séance de sélection 2022. « Le niveau scolaire est un calibre de jeu qui ne cesse de s’améliorer année après année. Il faut simplement que les gens regardent le talent et la qualité des joueurs. J’espère que d’autres auront le même parcours que moi. Tous les chemins mènent à Rome comme on dit. »

La recrue des Tigres était loin de se douter qu’elle allait immédiatement faire le saut avec l’équipe. Ses excellentes performances lors du camp d’entraînement et des matchs préparatoires ont forcé l’organisation à lui faire une place. « J’ai toujours eu l’objectif de jouer dans la LHJMQ. Je suis arrivé ici sans aucune attente. Je ne m’attendais vraiment pas à faire ma place, surtout avec le nombre de vétérans qui étaient admissibles à revenir. On m’a dit de ne pas regarder ça et simplement de faire de mon mieux. C’est exactement ce que j’ai fait et ça a très bien été tout au long du camp. »

À défaut de briller particulièrement par sa présence physique, le hockeyeur de cinq pieds neuf pouces et 158 livres apporte un élément de vitesse. Il s’inspire de Matthew Barzal qui évolue avec les Islanders de New York. « Je ne suis pas le plus gros, mais j’aime jouer gros. J’ai de bonnes mains et je suis rapide. J’ai toujours été reconnu pour mon coup de patin et mon sens du jeu. »

En ce début de campagne, il joue les seconds violons derrière les nombreux vétérans. Cette situation ne le décourage pas pour autant. « Je comprends tout à fait la situation. Je dois simplement garder le moral et continuer de travailler fort. Je ne suis pas inquiet que ça va bien aller si je fais ça. J’ai le coup de patin pour suivre, mais la vitesse d’exécution est complètement différente. Tout va plus vite, alors je dois m’y adapter. »

Originaire de Québec, St-Onge n’est pas près d’oublier son second match en carrière dans le circuit Courteau, alors que les Tigres ont rendu visite aux Remparts. « C’était un moment spécial. Tu ne réalises pas à quel point le Centre Vidéotron est immense avant d’y avoir joué. De jouer dans ma ville natale, avec ma famille et mes amis dans les estrades, je ne l’oublierai jamais. En date d’aujourd’hui, c’est le match le plus marquant de ma vie. »

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires