L’ultimate, un sport en plein essor

Par stevenlafortune

PLESSISVILLE. L’ultimate frisbee, maintenant appelé ultimate en raison de la marque déposée Frisbee, est un sport en pleine expansion dans le monde. Le Québec n’a d’ailleurs pas échappé à la vague.

Apparu vers la fin des années 60 aux États-Unis, l’ultimate s’apparente à plusieurs sports. Les équipes, dont la formule la plus courante se pratique à cinq joueurs, doivent se compléter des passes avec le disque jusqu’à une zone de buts délimitée d’environ 10 mètres de profondeur. La partie peut se terminer de deux façons : par écoulement du temps (60 minutes) ou si une formation parvient à inscrire 13 points.

Diplômé en Éducation physique à l’Université de Sherbrooke, Patrick Lemieux est venu en contact avec l’ultimate par l’entremise d’un de ses amis, pratiquant ce sport à un haut niveau. Après ses études, le professeur à La Samare a décidé de l’importer dans la MRC de L’Érable et de créer par la même occasion l’Association d’ultimate frisbee de Plessisville.

Encore méconnu du paysage sportif québécois, il assure que l’ultimate est en plein essor, notamment en raison de sa grande demande physique. «C’est exigeant côté cardio. Il y a beaucoup de sprints rapides et des plongeons, ce qui rend en plus le jeu spectaculaire. Il est aussi technique : il faut parfois prendre en considération le vent lors de nos passes», a-t-il expliqué.

Instaurée cet été, l’association pratiquait deux soirs par semaine, le mardi et le jeudi. Par ailleurs, elle approche la centaine de joueurs, dont la majorité provenait de la région et de ses alentours.

Une première Coupe de L’Érable

Dans la foulée de ses activités, l’AUFP a tenu, le week-end dernier, sa première Coupe de L’Érable, un tournoi sanctionné par la Fédération québécoise d’ultimate.

Au total, 11 équipes et 120 joueurs provenant, entre autres, d’Amos, Sherbrooke, Granby, Montréal, Trois-Rivières et Québec ont pris part à la compétition dans l’une des deux catégories; juniors (moins de 18 ans) et adultes.

«Dans l’ensemble, le tournoi est au-delà de nos attentes. Nous avons reçu d’excellents commentaires de la part des compétiteurs et la température a été de notre côté. Pour une première, nous ne pouvions demander mieux», a laissé entendre Patrick Lemieux, heureux d’annoncer que la Coupe de L’Érable reviendra l’an prochain.

Respectivement, les vainqueurs ont été les représentants de Trois-Rivières (juniors) ainsi que la formation Martine (adultes), dont les joueurs provenaient de Montréal et Sherbrooke. Le comité a aussi remis le prix «Champion du spirit» au Hammerhead de Plessisville pour son esprit sportif.

De nombreux projets sur la table

En pleine expansion, l’Association d’ultimate frisbee de Plessisville a, de l’aveu de Patrick Lemieux, de nombreux projets sur la table. Tout d’abord, une ligue d’automne verra le jour en septembre. Elle se tiendra les vendredis, à La Samare.

De plus, l’AUFP projette de créer une académie pour les jeunes de 10 à 16 ans qui désirent goûter à ce sport, de même qu’une autre pour les 40 ans et plus. Enfin, si son bassin continue de grossir, il espère répertorier ses joueurs selon des catégories.

Pour tous autres renseignements, M. Lemieux invite les intéressés à suivre les activités de l’association via sa page Facebook.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires