Grand Prix 3-skis : une première édition réussie au Mont Gleason

Hôte de la troisième et dernière étape de la saison du Grand Prix 3-skis, le Mont Gleason a accueilli environ 160 participants, dont plusieurs de l’extérieur de la région, samedi.

Des personnes de 5 ans et plus ont eu l’occasion de dévaler une pente spécialement aménagée pour l’occasion à très grande vitesse. Celui à l’origine du Grand Prix, Marto Napoli, explique avoir pris l’initiative d’organiser un tel circuit à travers le Québec il y a quatre ans.

«Je me rappelle quand on était jeunes. On avait tous des 3-skis, mais on n’avait pas le droit d’en faire dans les pentes de ski. Je me suis dit qu’il y avait surement une manière de s’entendre avec les montagnes.»

Lors d’une épreuve, les participants doivent avoir leur 3-skis, porter un casque et ne pas avoir de moteur. «Quelqu’un est déjà arrivé avec un moteur. C’est trop dangereux. On ne l’a même pas fait descendre.» Il serait compliqué d’appliquer les freins au bout de la pente, blague-t-il.

Cette année, le Grand Prix a tenu des étapes à Lévis le 17 février et au Saguenay le 3 mars avant de s’arrêter à Tingwick pour la toute première fois depuis sa création.

Rassembleur et accessible

Pour le Mont Gleason, le Grand Prix 3-skis a été l’occasion de mettre à l’épreuve une alternative à l’habituelle activité de fin de saison qu’est le splash, indique la directrice générale, Nadia Pépin. Selon elle, l’objectif de cette journée a été atteint puisqu’elle s’est avérée être très rassembleuse.

«Ça a rassemblé encore plus de gens que notre splash qui est de traverser un bassin d’eau en ski ou en planche à neige. On peut avoir une soixantaine de participants. La plupart tombent dans l’eau. C’est ce qui décourage les gens. Là, c’est encore plus accessible.»

Le ski de soirée a d’ailleurs pris fin samedi au Mont Gleason. Il n’y a pas encore de date de fixée quant à la fin de la saison pour l’horaire de jour.