Conor Frenette sur la touche

Par Zakary Mercier
Conor Frenette sur la touche
Conor Frenette (Photo : Denis Morin)

L’ancien capitaine des Tigres de Victoriaville, Conor Frenette, sera à l’écart du jeu pour les six prochaines semaines. Il s’est fracturé un pied lors d’un récent duel opposant les Remparts de Québec aux Félins.

Tout a commencé lorsque l’attaquant de 20 ans a bloqué un tir à l’entraînement. Les différents examens n’avaient rien révélé, alors il a eu l’occasion de disputer la rencontre face aux Voltigeurs de Drummondville dans laquelle il a inscrit un but et une mention d’aide. Finalement, lors de la première période du récent match contre les Tigres, Frenette a reçu un coup de bâton au même endroit où la rondelle l’avait frappé. Cette fois, le résultat des radiographies n’a laissé aucun doute. 

Il n’aura donc disputé que quatre périodes dans son nouvel uniforme avant de subir cette blessure. Le Gatinois s’estime tout de même chanceux dans sa malchance. « Je commençais avec ma nouvelle équipe et j’avais connu un bon premier match. C’est vraiment dommage de ce côté-là. Par contre, je me dis que si tout va bien, je vais avoir un mois de saison régulière pour bien me préparer en vue des séries éliminatoires. »

S’il avait pu choisir son adversaire, sachant qu’il allait se blesser, ce dernier n’aurait assurément pas choisi les Tigres. C’était la première fois qu’il affrontait son ancienne formation, lui qui a passé trois saisons et demie à Victoriaville en plus d’aider l’organisation à remporter la coupe du Président en 2021. « J’avais vraiment hâte à ce match-là. Je l’attendais avec impatience, mais malheureusement je n’aurai joué qu’une période. J’ai dû observer le spectacle de Nathan Darveau des estrades. J’espère que je serai de retour pour notre prochain match contre eux. »

Au-delà de cette malchance, le vétéran hockeyeur se plaît dans ses nouvelles couleurs. En plus d’aimer les différentes infrastructures, il était jumelé à Zachary Bolduc et à Théo Rochette au sein du premier trio de l’équipe. « L’adaptation aux installations du Centre Vidéotron n’est vraiment pas difficile à faire. Tout est incroyable. Disons que nous sommes pas mal gâtés à Québec. Sur la patinoire, je voyais mon rôle un peu comme celui de l’an dernier en séries éliminatoires. La communication était très fluide et notre premier match a bien été. Je dois encore m’adapter avec eux et je vais devoir le refaire lors de mon retour. »

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires