Commonwealth Plywood n’attend que vous

Publireportage

Commonwealth Plywood n’attend que vous
Christian Jacques, directeur de Placage Multigrade, Michel Villeneuve, directeur régional, et Sophie Nault, directrice de l’usine Commonwealth Plywood (Photo : gracieuseté)

L’entreprise Commonwealth Plywood fait partie du paysage de Princeville depuis de nombreuses années. Employeur de choix dans la région, la compagnie est toutefois à la recherche de personnel.

Il s’agit d’une entreprise familiale d’envergure qui emploie 1500 personnes à travers les différentes entités du groupe. Bien qu’implantée solidement à Princeville, il n’en demeure pas moins qu’elle est peu connue des consommateurs en général. « C’est que nous sommes un manufacturier, donc les gens ne voient pas directement la marque à cause de notre position dans le marché », indique le directeur général, Michel Villeneuve.

Ce ne sont pas les défis qui manquent chez Commonwealth Plywood qui se spécialise habituellement dans le déroulage et l’assemblage de placage de bois franc, particulièrement du chêne, la spécialité de l’usine de Princeville.

Toutefois, la difficulté de s’approvisionner en bois fait en sorte qu’actuellement seules les activités d’assemblage, de bois provenant d’autres usines, sont réalisées. « Mais en temps normal, nous assemblons nos propres composantes », ajoute M. Villeneuve qui souhaite être prêt quand l’approvisionnement reprendra son cours normal.

Cela n’empêche pas d’envisager l’avenir et, de ce fait, un air de changement plane chez Commonwealth Plywood. En effet, le directeur de l’usine, Serge Caron, prendra une retraite méritée, après 46 ans de bons et loyaux services au sein de l’entreprise. Il sera remplacé par Sophie Nault qui apportera son expertise à la solide équipe déjà en place.

Des gens et des produits de qualité

Ainsi, une quinzaine d’employés s’affairent présentement à créer des produits de qualité. Toutefois, l’entreprise a besoin de davantage de personnel pour assurer les opérations régulières. Par exemple, Commonwealth est à la recherche de mécaniciens de machines fixes, d’un contremaître de production ainsi que de journaliers.

L’employeur est à la recherche de gens qui sont intéressés par le travail manuel et qui seront formés sur place. « Il n’y a pas d’école pour qui enseigner à classer le bois ou à faire du préassemblage », mentionne encore M. Villeneuve. Chaque morceau de bois qui entre dans l’usine est manipulé par les travailleurs, ce qui nécessite du doigté et une capacité physique minimale.

Outre le salaire, compétitif dans la région, d’autres avantages sont à considérer chez Commonwealth Plywood, dont la semaine de travail qui se termine à 12 h 30 le vendredi, mais surtout d’une équipe dynamique qui travaille dans un milieu où la santé et la sécurité sont prioritaires. Des gens qualifiés qui connaissent bien l’équipement et qui sont en mesure de former la relève. « Nous avons fait des aménagements aussi pour rendre les conditions plus agréables et nous sommes à l’écoute de nos gens », insiste Michel Villeneuve.

Bien entendu, la pénurie de main-d’oeuvre se fait sentir partout et Commonwealth Plywood ne fait pas exception. Tous les travailleurs sont donc invités à poser leur candidature par courriel à emploi@cpcl.ca. Ils seront affectés à un poste de travail qui répondra à leurs attentes et à leurs compétences, sans être répétitif. Tous les emplois à combler, il est important de le préciser, sont offerts sur des quarts de travail de jour, dans une usine bien adaptée à son domaine.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires