Pour une modernisation du cadre juridique de l’industrie des boissons alcooliques 

Tribune libre

Pour une modernisation du cadre juridique de l’industrie des boissons alcooliques 
(Photo : Archives)

Alors que s’étirent les derniers jours d’été, nombreux sont les Québécois et Québécoises qui ont cette année encore profité de la belle saison pour découvrir des alcools d’ici ou visiter un de ses producteurs. 

Partout à travers le Québec, on retrouve des microbrasseries, vignobles, cidreries, microdistilleries et producteurs d’hydromel qui sont heureux de partager avec les curieux la passion qui les anime. Ce sont plus de 800 entreprises qui sont implantées chez nous et qui contribuent au développement économique et touristique ainsi qu’au rayonnement de notre terroir et de notre signature culturelle. Nos entreprises ont certes des enjeux quotidiens différents, mais sont unies par la même flamme pour ce qu’elles produisent. 

Un autre aspect que nous partageons est le cadre juridique prépondérant qui nous régit. Un cadre qui tire ses racines d’une époque ou à peine une poignée d’entre nous existait. Dans les 30 dernières années, énormément de choses ont évolué, à commencer par le goût des consommateurs, la manière d’effectuer ses achats ou encore les techniques de production. Il est grand temps de moderniser le cadre juridique qui entoure les boissons alcooliques. La plupart des demandes répétées de nos associations ne nécessitent pas d’investissement financier, mais uniquement une volonté politique de valoriser les boissons alcooliques d’ici. 

À titre d’exemple, pensons à la vente en ligne et la livraison directement aux consommateurs par la poste ou par le producteur. Il faut permettre aux producteurs d’opérer de manière moderne et performante. 

Dans le cadre de la présente campagne électorale, nous demandons aux différents partis politiques qu’ils s’engagent à mettre en place des actions concrètes visant à supporter le développement de notre industrie et à moderniser notre encadrement juridique afin qu’il reflète la réalité de notre époque. 

Tout le monde en sortira gagnant, autant les producteurs que les consommateurs. 

Martin Parrot

Président de l’Association des microbrasseries du Québec 

Louis Denault

Président du Conseil des vins du Québec 

Marc-Antoine Lasnier

Président de Les Producteurs de cidre du Québec 

Joël Pelletier

Président de l’Union québécoise des microdistilleries 

René Bougie

Président de l’Association des producteurs d’hydromels et d’alcools de miel du Québec

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires