Le couple et l’argent

Chronique ACEF

Le couple et l’argent
(Photo : gracieuseté)

De nos jours, l’argent est encore un sujet tabou dans bien des couples. Même si on est très amoureux, on n’a pas toujours la même vision de la planification financière.  

Nous ne sommes pas nécessairement issus des mêmes milieux économiques et chacun développe des attitudes et habitudes différentes vis-à-vis l’argent. La communication est encore et toujours la clé si on veut éviter les tensions et s’assurer que les deux conjoints partagent une vision similaire pour la gestion du budget de vie commune.

Il est primordial de se poser les bonnes questions :

Avons-nous les mêmes objectifs financiers et de vie?

Avons-nous les mêmes priorités?

Avons-nous les mêmes habitudes de consommation?

L’un gagne-t-il plus que l’autre?

Que faire avec les vieilles dettes d’avant la vie commune?

On gère tout en commun ou on garde tout séparé ou un peu des deux?

Pour vous aider à y voir plus clair, voici trois approches pour gérer son budget de couple :

Budget 50-50 

La formule adoptée par plus de la moitié des couples.  Les dépenses communes sont toutes divisées à 50% et chacun assume ses dépenses personnelles. Ce type de budget convient surtout aux nouveaux couples et à ceux qui ont des revenus et des dettes similaires. Sinon, le conjoint ayant le revenu le moins élevé pourrait avoir de la difficulté à suivre le rythme de vie de l’autre.

Prorata des revenus 

C’est une bonne option pour les conjoints qui ont des revenus inégaux. Cette formule est la plus équitable. Le conjoint qui gagne, par exemple, 40% des revenus du couple paiera 40% des dépenses communes et l’autre conjoint paiera 60% des dépenses communes. Chacun paiera ses dépenses personnelles. Chacun contribue selon son salaire et ça permet de cheminer ensemble dans les projets communs comme l’achat d’une maison ou la venue d’un enfant sans étouffer le partenaire dont les revenus sont moindres.

Tout en commun

Ici, l’ensemble des revenus et des dépenses du ménage est mis en commun. La gestion s’en trouve simplifiée au maximum, car il n’y a pas de dépenses à répartir. Cette formule laisse peu de latitude pour les dépenses personnelles et ça peut parfois être une source de frustration. C’est pourquoi cette façon de fonctionner exige une grande confiance mutuelle et une vision commune à long terme pour éviter les mauvaises surprises.

Peu importe la méthode que vous choisirez, les questions de finances doivent être abordées dès qu’on envisage la vie commune pour éviter les déceptions par la suite.  Il faut aussi être flexible et apprendre à s’ajuster au fil du temps.

L’équipe de l’ACEF

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires