Le gouvernement du Manitoba réexaminera la décision de ne pas accuser Peter Nygard

Steve Lambert, La Presse Canadienne
Le gouvernement du Manitoba réexaminera la décision de ne pas accuser Peter Nygard

WINNIPEG — Le gouvernement du Manitoba réexaminera la décision de procureurs de la province de ne pas porter d’accusations criminelles contre l’ancien magnat de la mode Peter Nygard.

Le ministre de la Justice du Manitoba, Kelvin Goertzen, a déclaré jeudi que le gouvernement consulterait des procureurs de la Couronne d’une autre province canadienne pour examiner les preuves présentées il y a plus d’un an. L’examen pourrait entraîner le dépôt d’accusations.

Le ministre Goertzen a signalé qu’il n’avait aucune idée du résultat, mais il croit que le réexamen est important pour la confiance de la population dans le système judiciaire. Il a pris note que le suspect fait l’objet d’accusations ailleurs.

En effet, Peter Nygard fait face à deux accusations de nature sexuelle au Québec et à neuf autres en Ontario pour des gestes allégués commis pendant les années 1980. Les autorités américaines ont quant à elles demandé son extradition pour faire face à des accusations de trafic sexuel aux États-Unis.

Peter Nygard, qui est âgé de 81 ans, a nié toutes les allégations.

À Winnipeg, la ville natale de l’ex-magnat de la mode, la police a annoncé l’an dernier qu’elle avait soumis huit cas à l’examen de la Couronne, mais les procureurs ont décidé de ne pas porter d’accusations. Aucune explication n’a été fournie sur la façon dont cette décision a été prise.

Depuis, certaines femmes se sont manifestées au Manitoba et ont déclaré avoir été victimes de M. Nygard, mais elles ont dit ne pas avoir été informées des raisons pour lesquelles des accusations n’avaient pas été portées. 

Le ministre Goertzen a assuré avoir entendu ces préoccupations. « Nous avons tous entendu parler des personnes qui ont raconté leurs histoires; ça m’a dérangé et j’en ai perdu le sommeil », a-t-il dit.

Le chef du Parti libéral du Manitoba, Dougald Lamont, qui a travaillé avec certaines des femmes de Winnipeg qui se sont manifestées, s’est réjoui de la nouvelle du réexamen.

« Il y a de vraies questions à poser sur les raisons pour lesquelles on a dit aux personnes que leurs accusations n’étaient pas acceptées; c’est une lueur d’espoir », selon lui.

Peter Nygard a fondé son entreprise de mode à Winnipeg en 1967. Il a démissionné de son poste de président après que la police fédérale américaine, le FBI, ait perquisitionné ses bureaux de New York en février 2020. 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires