Démantèlement d’un réseau de trafic d’amphétamines: 6,5 millions de comprimés saisis

La Presse Canadienne
Démantèlement d’un réseau de trafic d’amphétamines: 6,5 millions de comprimés saisis

MONTRÉAL — Depuis mercredi matin, la police de Montréal procède au démantèlement d’un réseau de trafic et de production d’amphétamines qu’elle qualifie de majeur. Déjà, plus de 6,5 millions de comprimés d’une valeur approximative de 32,5 millions $ ont été saisis, indique un bilan de la Division du crime organisé du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Les amphétamines sont des produits de synthèse qui agissent sur l’organisme comme un stimulant puissant qui accélère l’activité du système nerveux central. On leur donne fréquemment le surnom de «speed».

La police a procédé à l’arrestation de huit suspects jusqu’à présent. Parmi les lieux perquisitionnés mercredi, on compte plusieurs entrepôts, dont certains servaient de production d’amphétamines ou de lieu d’entreposage, parfois les deux. 

De plus, 21 armes à feu ont été saisies lors des opérations de perquisition, en plus 500 kg de poudre de méthamphétamine, six presses pour la fabrication de comprimés et plus de 300 000 $ en argent comptant. 

«L’enquête policière a permis de découvrir que ce réseau majeur parvenait à écouler pour environ 5 M$ d’amphétamines par semaine à travers la province. C’est donc environ un million de comprimés par semaine qui sont ainsi retirés de la circulation grâce aux frappes policières réalisées aujourd’hui», peut-on lire dans un communiqué du SPVM. 

La police signale que les amphétamines sont particulièrement populaires auprès des jeunes. On les retrouve sous forme de capsules, de poudre ou de comprimés en différentes couleurs et formes. 

Si elle est utilisée de façon inappropriée, cette substance peut entraîner de graves risques pour la santé. 

«En s’attaquant aux revenus du crime organisé comme nous avons réussi à le faire aujourd’hui, on s’attaque au pouvoir d’achat des criminels, notamment pour faire l’acquisition d’armes à feu», a expliqué le commandant de la Division du crime organisé du SPVM, Francis Renaud.

Le SPVM affirme que les perquisitions découlent d’une enquête d’envergure amorcée en septembre dernier par son équipe antigang de la Division du crime organisé. 

Un total de 280 policiers participent à l’opération dans plusieurs régions, notamment à Montréal, à Laval, dans les Laurentides, en Montérégie, dans le Centre-du-Québec et en Mauricie. 

Plus précisément, les perquisitions majeures ont lieu dans l’arrondissement de Saint-Léonard, à Boucherville, à Chambly, à Val-David, à Yamachiche, à Lanoraie, à Saint-Anne-des-Plaines, à Saint-Hubert, à Sainte-Thérèse et à Belœil.

La seconde phase de l’enquête vise à procéder à d’autres arrestations au sein du réseau démantelé, notamment à partir des preuves recueillies mercredi.

Jeudi, un bilan complet des perquisitions sera rendu public par le SPVM. 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires