Une ville de Thaïlande tente de contrôler la population de singes sauvages

Une ville thaïlandaise, en proie à une population croissante de singes sauvages, a lancé vendredi une offensive contre les pillards simiens, en recourant à la ruse et à des fruits tropicaux mûrs.

Plusieurs cas très médiatisés de conflits entre humains et singes ont récemment convaincu les autorités de Lopburi, dans le centre de la Thaïlande, qu’elles devaient réduire le nombre d’animaux.

Si tout se passe bien, la plupart finiront derrière les barreaux, avant de commencer une nouvelle vie ailleurs.

La première étape du plan, institué vendredi, consiste à appâter les cages avec la nourriture préférée des animaux, puis à attendre que la faim prenne le dessus sur leur prudence naturelle.

Les attrapeurs ont connu un succès précoce dans une rue, trois des macaques étant tombés dans le piège et se retrouvant piégés parce qu’ils avaient envie de goûter au fruit du ramboutan. Les cages avaient été placées dans la rue plus tôt dans la semaine afin que les singes s’y habituent et les trouvent moins menaçantes.

On estime qu’environ 2500 singes courent dans la ville. La capture du trio malchanceux et d’une trentaine d’autres individus – piégés dans d’autres quartiers de la ville – a légèrement réduit ce total.

Les efforts se poursuivront pendant cinq jours ce mois-ci, puis il est probable qu’ils soient répétés. Certains singes seront laissés libres pour maintenir l’image de Lopburi en tant que ville des singes de Thaïlande.

Mais personne ne s’attend à ce que ce soit facile.

«Avec l’intelligence du singe, si certains d’entre eux entrent dans la cage et sont attrapés, les autres à l’extérieur n’entreront pas dans la cage pour récupérer de la nourriture, car ils ont déjà appris ce qui est arrivé à leurs amis», a expliqué Patarapol Maneeorn, du ministère thaïlandais de la Conservation des Parcs nationaux, de la Faune et des Plantes.

Les singes errants sont depuis longtemps un symbole de la ville, située à 140 kilomètres au nord de Bangkok, et constituent une attraction touristique majeure. Cependant, ils sont devenus de plus en plus agressifs, plusieurs vidéos d’eux arrachant de la nourriture aux résidants et causant des blessures étant largement partagées en ligne.

Un magasin de pièces détachées automobiles exerce désormais ses activités derrière des barbelés. Les propriétaires l’ont érigé au moment de la pandémie de coronavirus, mais empêcher les primates d’entrer était également une préoccupation majeure. Ils disent qu’ils se sont adaptés au problème des singes, mais ce n’est pas le cas de tout le monde.

«Lorsqu’il y a beaucoup de singes dans les parages, les clients ont peur d’acheter les produits au magasin. Seuls nos habitués n’ont pas peur», a affirmé Supaporn Tantiwong.

Le maire de la ville, Chamroen Salacheep, reconnaît que les singes, tout en attirant des visiteurs, sont également devenus mauvais pour le commerce, les magasins et les centres commerciaux connaissant une baisse de leurs revenus. Des maisons sont même endommagées. Lopburi, dit-il, est presque une «ville abandonnée».

«Une fois notre opération terminée, a indiqué M. Chamroen, je ferai un grand nettoyage dans toute la ville et je peindrai tous les bâtiments pour regagner la foi des gens.»

Ces temps peuvent sembler sombres pour les singes de Lopburi, mais il existe un plan pour leur offrir un nouveau départ.

Vendredi, les autorités ont commencé à les endormir pour effectuer des contrôles de santé avant de les nettoyer, de les stériliser et de les tatouer afin de pouvoir les identifier dans le but de tenir des registres précis.

Après cela, ils les transféreront dans une série d’immenses enclos, juste à l’extérieur du centre-ville, tout en leur cherchant un foyer permanent.