Poutine et Zelensky courtisent des alliés

Hanna Arhirova, La Presse Canadienne
Poutine et Zelensky courtisent des alliés

KYIV, Ukraine — Le président russe Vladimir Poutine et son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky courtisaient chacun des alliés majeurs jeudi, cherchant à soutenir leurs efforts dans une guerre dont le vent a tourné en faveur de l’Ukraine ces derniers jours.

En Ouzbékistan, M. Poutine espérait briser son isolement international et consolider davantage ses liens avec le président chinois Xi Jinping dans une alliance géopolitique de plus en plus considérée comme un puissant contrepoids aux puissances occidentales.

MM. Poutine et Xi devaient se rencontrer en tête-à-tête et discuter de l’Ukraine, selon le conseiller aux affaires étrangères du président russe.

À Kyiv, M. Zelensky a fait fi d’un accident de la circulation la nuit précédente qui l’a laissé sans blessure majeure, ont assuré des responsables. Il a rencontré la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, qui a une fois de plus fait preuve d’un engagement total envers la cause de l’Ukraine.

Mme Von der Leyen a déclaré qu’elle aborderait «comment continuer à rapprocher nos économies et nos peuples pendant que l’Ukraine progresse vers l’adhésion» à l’Union européenne, ce qui est probablement encore dans des années, même dans les meilleures circonstances.

Signe d’un nouvel engagement de l’UE, le Parlement européen a achevé le long processus politique d’un prêt préférentiel de 5 milliards d’euros à l’Ukraine, élément clé d’un ensemble d’aides de 9 milliards d’euros pour essuyer le coût de la guerre.

En Allemagne, la puissance économique de l’UE, le ministre des Affaires étrangères faisait pression sur le chancelier Olaf Scholz pour qu’il décide bientôt de fournir à l’Ukraine des chars polyvalents.

L’Allemagne a longtemps hésité sur de telles mesures, mais Annalena Baerbock a déclaré que «dans la phase décisive que traverse actuellement l’Ukraine, je ne crois pas non plus que ce soit une décision qui puisse être retardée longtemps».

Alors que les forces russes dans certaines régions sont de plus en plus repoussées vers la frontière, la Russie continue de frapper derrière la ligne de front. Les responsables ukrainiens ont indiqué que des missiles russes continuaient de frapper le barrage du réservoir près du lieu de naissance de M. Zelenskyy, Kryvyi Rih, jeudi. Les dégâts ont inondé plus de 100 maisons. Des efforts étaient en cours pour contenir davantage de déversements et les autorités ont exhorté les citoyens à se mettre à l’abri alors que les frappes se poursuivaient.

L’attaque si proche de ses racines a provoqué la colère de M. Zelensky, qui a déclaré que les frappes n’avaient aucune valeur militaire.

«En fait, frapper des centaines de milliers de civils ordinaires est une autre raison pour laquelle la Russie perdra», a-t-il déclaré dans son discours nocturne mercredi soir.

Le bureau présidentiel a dit que les bombardements russes de sept régions ukrainiennes au cours des dernières 24 heures ont tué au moins deux civils et en ont blessé 14.

M. Zelensky lui-même est resté d’humeur enjouée, affirmant que près de 400 villages avaient été repris en moins d’une semaine de combats.

«Ce fut un mouvement sans précédent de nos guerriers ― les Ukrainiens ont une fois de plus réussi à faire ce que beaucoup considéraient comme impossible», a-t-il lancé.

M. Zelensky devrait demander plus de matériel militaire occidental, qui a été essentiel pour conduire la contre-offensive, et réclamer des sanctions encore plus sévères contre Moscou alors que la guerre approche des sept mois.

Malgré la vigueur renouvelée de l’Ukraine sur le champ de bataille et les premiers grondements de critiques dans son pays, M. Poutine reste ferme dans sa détermination à soumettre complètement l’Ukraine, a déclaré le chancelier allemand Olaf Scholz.

Après un appel téléphonique avec M. Poutine plus tôt dans la semaine, M. Scholz a déclaré que «malheureusement, je ne peux pas vous dire que la prise de conscience s’est développée là-bas que c’était une erreur de commencer cette guerre».

«Rien n’indique que de nouvelles attitudes émergent là-bas maintenant», a-t-il ajouté.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires