Les États-Unis envisagent des règles sur les publicités politiques générées par l’IA

Le chef de la Commission fédérale américaine des communications (FCC) a présenté mercredi une proposition visant à obliger les annonceurs politiques à signaler lorsqu’ils utilisent du contenu généré par l’intelligence artificielle (IA) dans des publicités télévisées et radiodiffusées.

Si elle est adoptée par la commission, composée de cinq personnes, la proposition ajouterait une couche de transparence que de nombreux législateurs et experts en IA réclament, alors que les outils d’IA générative, qui progressent rapidement, produisent des images, des vidéos et des clips audio réalistes qui menacent d’induire les électeurs en erreur lors de la présidentielle à venir.

Pourtant, le plus haut régulateur des télécommunications des États-Unis n’aurait d’autorité que sur la télévision, la radio et certains câblodistributeurs. Les nouvelles règles, si elles sont adoptées, ne couvriraient pas la formidable croissance de la publicité sur les plateformes numériques et de visionnage en continu.

«À mesure que les outils d’intelligence artificielle deviennent plus accessibles, la commission veut s’assurer que les consommateurs sont pleinement informés lorsque la technologie est utilisée», a écrit la présidente de la FCC, Jessica Rosenworcel, dans un communiqué publié mercredi. «Aujourd’hui, j’ai fait part à mes collègues d’une proposition rendant clair que les consommateurs ont le droit de savoir quand des outils d’IA sont utilisés dans les publicités politiques qu’ils voient, et j’espère qu’ils agiront rapidement sur cette question.»

Cette proposition marque la deuxième fois cette année que la commission commence à prendre des mesures significatives pour lutter contre l’utilisation croissante des outils d’intelligence artificielle dans les communications politiques.La FCC a confirmé plus tôt que les outils de clonage vocal d’IA dans les appels automatisés sont interdits par la loi en vigueur.

Cette décision fait suite à un incident survenu lors des élections primaires du New Hampshire, au cours desquelles des appels automatisés ont utilisé un logiciel de clonage vocal pour imiter le président Joe Biden afin de dissuader les électeurs de se rendre aux urnes.

Si elle est adoptée, la proposition annoncée mercredi demanderait aux radiodiffuseurs de vérifier auprès des annonceurs politiques si leur contenu a été généré à l’aide d’outils d’IA, tels que des convertisseurs de texte en image ou des logiciels de clonage vocal.

Il reste aux commissaires à discuter de plusieurs détails de la proposition, notamment une définition du contenu généré par l’IA, un défi devenu difficile à mesure que les outils de retouche et autres avancées de l’IA sont de plus en plus intégrés dans toutes sortes de logiciels de création.

Mme Rosenworcel espère que les réglementations seront en place avant les élections.

___

L’Associated Press (AP) reçoit le soutien de plusieurs fondations privées pour améliorer sa couverture explicative des élections et de la démocratie. L’AP est seule responsable de tout le contenu.